Wagner

Wagner : un groupe ultra violent, au service de Poutine, qui sème la désinformation et la terreur

Le groupe Wagner est une société militaire privée russe, au statut juridique flou car officiellement ces structures sont interdites en Russie. Créée et contrôlée par l’oligarque russe proche de Poutine, Evgueni Prigojine, le groupe Wagner serait selon de nombreux experts une unité liée au Ministère russe de la Défense et financée par ce dernier. 

Ukraine, Syrie, Afrique… Wagner sème la terreur et pratique des crimes de guerre atroces. Sur internet également, ”l’usine à trolls” qui lui est liée, mène une guerre de propagande et de désinformation.

Plusieurs pays, dont l’Ukraine, des pays Baltes et les Etats-Unis, ont déjà reconnu Wagner comme organisation terroriste. Une résolution en ce sens a été déposée à l’Assemblée nationale en France. Nous appelons l’ensemble des députés français, de tous les groupes, à voter en faveur de cette résolution.  

Pourquoi est-ce important de le reconnaître comme tel et quels sont les crimes commis par le groupe Wagner ?

UKRAINE

Selon le Service du renseignement ukrainien et des enquêteurs indépendants, les combattants du groupe Wagner sont impliqués dans le conflit dans le Donbass depuis 2014, notamment, dans l’opération de la prise d’assaut de l’aéroport de Louhansk et les combats dans la région de Debaltsevo.

Depuis l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie en février 2022, Wagner a renforcé son implication dans le conflit.

Courant 2022, Evgueni Prigojine s’est rendu à plusieurs reprises dans des prisons russes afin de recruter des prisonniers pour aller combattre en Ukraine en leur promettant d’être graciés. Ainsi, des prisonniers qui ont commis des crimes particulièrement graves, tels que des assassinats et des viols, se sont retrouvés sur le front.

Ceux qui ont tenté de fuir ou de se rendre ont été sauvagement assassinés par leurs pairs :  ces exactions extrajudiciaires ne sont pas, à ce jour, condamnées par le Kremlin. Le cas le plus connu est celui de Yevgeny Nuzhine qui est apparu sur une vidéo partagée sur les réseaux sociaux se faisant exécuter à coups de masse sur sa tête écrasée.

SYRIE

Depuis 2013, le groupe assure une présence militaire non officielle en Syrie largement documentée par les enquêteurs internationaux.

Ainsi, le journal russe Novaya Gazeta a identifié les acteurs de l’exaction d’un homme syrien, abattu avec une masse, décapité puis brûlé, comme étant des personnes du groupe Wagner. Ces actes de sauvagerie n’ont pourtant jamais fait l’objet d’enquêtes en Russie. Ces faits sont à nouveau confirmés en 2023 par une enquête conjointe dénommée #Wagnerleaks menée par le Centre Dossier, Die Welt, Insider, Paris Match et Arte.

AFRIQUE

De même en Afrique, où le groupe Wagner semble opérer dans pas moins de 9 pays. Officiellement, Wagner y assure la “formation militaire des forces locales, la protection personnelle des chefs et la protection des installations énergétiques”. Cependant, depuis le début de l’année 2021, les experts de l’ONU reçoivent constamment des informations inquiétantes sur des exécutions d’une brutalité extrême, des charniers, des tortures, des viols et autres violences sexuelles, des détentions illégales et des disparitions notamment au Mali et en République Centrafricaine.

En échange de ces services, les filiales de Wagner en Afrique reçoivent des privilèges et licences, permettant, notamment, d’exploiter les minéraux et autres ressources naturelles, ainsi que de vendre localement des armes et des technologies.

L’USINE A TROLLS

Outre Wagner, l’empire de Prigojine s’étend sur plus de 400 sociétés dont «L’usine à trolls».

Dénommée également l’Internet Research Agency, elle a été créée par Prigojine en 2013. Depuis plus de 10 ans, elle lui permet de mener une guerre informationnelle pour semer la désinformation à l’intérieur de la Russie, mais aussi pour alimenter les conflits nationaux internes à l’étranger et déstabiliser ainsi les démocraties occidentales.

« L’usine à trolls » a été connue notamment suite aux ingérences avérées dans l’élection présidentielle américaine de 2016. L’IRA avait posté plusieurs dizaines de milliers de messages via de faux comptes afin d’influencer le vote des Américains en faveur de Trump. Plus de 120 millions d’électeurs auraient ainsi été ciblés.

Les dernières révélations de #Wagnerleaks ont mis toute la lumière sur les atrocités commises par cette armée privée de Prigojine opérant en dehors de tout cadre légal et semant la terreur dans tous les pays et régions où ils se présentent. Il s’agit donc d’une véritable organisation terroriste et la France doit réagir avec fermeté à la violence et la déstabilisation des Etats commises par le groupe Wagner à travers le monde. 

Nous demandons que toute cette structure obscure tournant au service du régime criminel de Poutine soit reconnue comme étant une organisation terroriste.

De plus, nous demandons que Prigojine et tous ses complices soient jugés par la justice internationale pour les crimes commis par Wagner mais aussi pour les incitations à la haine et la désinformation massive propagées par ses canaux.

La résistance des femmes à la guerre et à la dictature en Russie

Lundi 3 avril à 19h, aura lieu une conférence-débat avec la présence exceptionnelle de Daria Serenko, artiste, militante anti-guerre russe, cofondatrice du mouvement FAS (Feministskoïe antivoïennoïe soprotivlenié) ou « Résistance Feministe anti-guerre », qui agit dans la Fédération de Russie, Véronique Nahoum-Grappe, anthropologue, spécialiste des violences de guerre contre les civils, Daria Burleshina, professeure de langues, artiste et Svitlana Konovalova, doctorante en littérature.

Créée en février 2022, au moment de l’invasion russe de l’Ukraine, la FAS réunit 45 associations à travers tout le territoire de la Fédération de Russie auxquelles s’ajoutent des dizaines de militantes anonymes, sans compter celles qui ont dû s’exiler.
La force de ce réseau vient de ce qu’il s’appuie sur des structures qui préexistaient à la guerre et des liaisons horizontales rendant plus difficile le contrôle et l’arrestation de ses membres. Toutefois, plus de 200 militantes font aujourd’hui l’objet de poursuites en Russie.

Les actions de la FAS, qui mobilisent des citoyennes ordinaires, vont du rassemblement public à l’incendie des bureaux de recrutement de l’armée. La résistance à la propagande du régime passe par l’intervention dans des groupes WhatsApp de quartier, la diffusion de conseils pour échapper à la conscription sur les chaînes Telegram dédiées, jusqu’à la distribution dans les boîtes aux lettres du samizdat anti-guerre Jenskaya Pravda (la Pravda des femmes), rédigé aussi dans les langues minoritaires de la Fédération.

La violence en Ukraine et les violences contre les femmes sont un seul et même fléau de la Russie : le virilisme et le culte de la brutalité sont le ciment idéologique du régime de Poutine et d’une société où la violence est partout : de la sphère familiale, où les violences s’exercent sur les femmes et les enfants, jusqu’aux bizutages criminels dont s’accompagne la formation militaire, en passant par l’école désormais militarisée.

« La guerre et les droits des femmes sont étroitement liés, explique Daria Serenko, car […] ceux qui commettent les pires crimes [sur le champ de bataille] sont souvent les mêmes qui se montrent les plus brutaux chez eux. »

En Ukraine, la mobilisation des femmes montre leurs capacités dans l’organisation de la société civile : en Russie, peuvent-elles constituer une force de mobilisation politique face à la dictature machiste et masculiniste ?

L’événement est co organisé par :

– Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre ! Association créée par 130 universitaires rejoints par de très nombreux partisans et partisanes de la cause ukrainienne, publie des tribunes et mène des actions en soutien à la cause de l’Ukraine.

– Russie-Libertés : Fondée en 2012, l’association a pour principal objectif la défense des droits humains et le soutien au développement d’une démocratie en Russie. Elle est le membre de la coalition internationale des russes anti-guerre.

– L’ association Défense de la Démocratie en Pologne (ADDP) a été créée en 2016 à Paris en vue de défendre les valeurs démocratiques européennes (droits des femmes, des réfugiés, etc.). Elle apporte son soutien aux femmes survivantes des violences sexuelles perpétrées par les Russes en Ukraine en collaboration avec la Fondation Dr. Denis Mukwege.

Avec la participation de:

– L’université Toulouse Jean Jaurès.
– Conseil Départemental de la Haute-Garonne.

Merci à Alexandra Demina pour le design de l’affiche.

En Russie, des femmes contre la guerre au risque de leur vie.

Exposition : en Russie, des femmes contre la guerre, au risque de leur vie

Exposition de 15 portraits de femmes russes qui résistent à la guerre en Ukraine et au régime de Poutine

L’association Russie-Libertés, en partenariat avec le mouvement russe Résistance féministe anti-guerre et l’ONG Mémorial, présente une exposition de 15 portraits de femmes russes qui s’opposent à la guerre en Ukraine et font l’objet, du fait de leur position anti-guerre, de persécutions par les pouvoirs publics russes. L’objectif des créateurs de ce projet et de donner de la visibilité à des cas de violations graves des droits humains en Russie, afin d’alerter la communauté internationale, les institutions et le public français sur le danger dans lequel se trouvent les opposantes russes à la guerre en Ukraine. En portant cette voix de la résistance féminine, il s’agit, par ce projet, de sensibiliser le public en France au sujet de l’opposition des femmes en Russie à la guerre en Ukraine.

Les portraits exposés ont été réalisés par des femmes artistes russes et biélorusses, dont beaucoup ont également fait l’objet de persécutions politiques en raison de leur position anti-guerre. Certaines d’entre elles ont été contraintes de taire leur vrai nom pour des raisons de sécurité.

L’exposition a reçu le soutien de la Mairie de Paris.

Retrouvez également l’intervention de notre militante, Ekaterina Oleinikova, au Forum “Femme, Vie, Liberté” : extraits.

Héroïnes de l’exposition

Viktoria Petrova, Tatiana Savinkina, Anastassia Levachova, Aleksandra Skotchilenko, Irina Dmitrieva, Oksana Baoulina, Lina Barabach, Aleksandra Kaloujskikh, Irina Tsybaneva, Anouch Panina, Irina Tolmatcheva, Marina Novikova, Maria Ponomarenko, Angelina Rochtchupko, Irina Bystrova

Où et quand

28 février – 31 mars 2023 : Maison de la Vie Associative et Citoyenne du 12e – grilles extérieures (181, avenue Daumesnil, Paris 12e)

17 avril – 20 mai 2023 : Parc de Choisy – grilles extérieures du parc (128, avenue de Choisy, Paris 13e)

Puis, l’exposition se poursuit en ligne: compte instagram du projet Women against war

Le vernissage de l’exposition aura lieu le mercredi 8 mars 2023 à 18h, à Maison de la Vie Associative et Citoyenne du 12e. Photos du vernissage :

MARCHONS POUR L’UKRAINE – UN AN DE GUERRE EN EUROPE

Le 24 février 2022, Poutine ordonnait l’invasion de l’Ukraine et entamait son entreprise terroriste.

Contre cette guerre qui menace la paix de toutes et de tous, nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens, toutes les forces et organisations démocratiques, partis, syndicats, associations, à se rassembler.

Depuis cette date, les forces d’invasion russes bombardent et massacrent sans répit, comme à Boutcha et à Marioupol, multiplient les viols, les tortures et les assassinats et organisent la déportation de milliers d’enfants ukrainiens en Russie.

Des familles et des personnes âgées subissent le froid, la faim, la terreur. Un désastre humain et écologique s‘abat sur l’Ukraine.
Le peuple ukrainien résiste et fait face, au prix de lourdes pertes humaines.

En Russie, celles et ceux qui s’opposent à la guerre et soutiennent l’Ukraine sont pourchassé•es et persécuté•es, nous devons les appuyer.

L’État russe utilise pour ses crimes des organisations terroristes telles que le sinistre groupe Wagner. Nous ne devons pas laisser se commettre de tels crimes.

Alors que cette guerre dure depuis un an déjà, nous appelons à une grande mobilisation populaire en défense de l’Ukraine.

Nous voulons l’arrêt de la guerre d’invasion, des bombardements et des crimes et aboutir à une paix juste, par le retrait de l’armée russe de toute l’Ukraine et le retour des populations ukrainiennes déportées, notamment des enfants.

Nous vous appelons à manifester avec nous !

Le rassemblement est organisé en coalition avec plus de 40 organisations françaises et européennes de tous bords politiques et s’inscrit dans un mouvement international de solidarité avec l’Ukraine.

DATE ET LIEU

25 février 2023 à 14h00

De la place de la République à la place de la Bastille (Paris)

Evénement Facebook


Des rassemblements dans le monde entier sont prévus les 24 et 25 février dont nombreux sont organisés par des russes exilés opposés à la guerre.

Russie-Libertés fait partie de la coalition internationale des Russes contre la guerre:

Site Web de l’action internationale des Russes contre la guerre:
theyearofterror.com

#MarchForUkraine #WeStandWithUkraine #YearOfTerror #NoPutinNoWar #StopPoutine #StopLaGuere #RussiansAgainstWar

REPLAY de la conférence “Les voies de dépoutinisation de la Russie”

La paix en Europe ne sera garantie qu’après la «dépoutinisation» de la Russie, tel est le constat que nous faisons aujourd’hui. Comment assurer cette défaite de Poutine en Russie et organiser la dépoutinisation du pays soumis depuis 20 ans à un régime répressif et une propagande de grande ampleur ?

Nous en avons parlé le 9 février 2023 lors d’un conférence qui s’est tenue à l’INALCO.

Cet événement nous a permis de réfléchir ensemble sur les chemins que pourraient prendre la Russie pour atteindre un état démocratique. Trois personnalités sont intervenues à cette occasion, trois regards croisés qui ont donné leur vision de la Russie d’après Poutine : David Satter, Maria Novikova et Lev Ponomarev.

David Satter est revenu sur la montée au pouvoir de Vladimir Poutine pour rappeler qu’il est devenu président à la suite de la vague d’attentats visant des immeubles en Russie et la guerre de Tchétchénie.  M. Satter a insisté sur la nécessité de 

«Dire la vérité sur les explosions des années 1990, raconter les crimes, l’attentat de Beslan, de Dubrovka, les assassinats de Nemtsov, de Politkovskaia, […] parler de tout cela pour commencer la dépoutinisation et créer des conditions démocratiques pour la Russie», David Satter.

Lev Ponomarev a, quant à lui, alerté sur le risque de montée en puissance, même dans les pays démocratiques, de l’autoritarisme susceptible d’ébranler les fondements constitutionnels. Il a également rappelé que, « dans les années 90 [les russes ont] réussi à faire une révolution démocratique et pacifique et [ont] su créer une constitution démocratique. La crise économique, a fait que […] la tcheka [ndlr. la police politique de la période soviétique, ici au sens figuré] a pris le pouvoir ».

Lev Ponomarev a souligné qu’en Russie « seules 10-15% de la population soutient vraiment Poutine », « les autres restent juste silencieux ».

Selon Maria Novikova, la dépoutinisation de la Russie mènera à l’état où l’être humain aura « la valeur suprême ».  La priorité pour Maria sur le chemin de la dépoutinisation est « d’atteindre notre public, propager la vraie information, lutter contre la propagande. Discuter avec les gens en utilisant un langage accessible pour les différentes populations ». Il est important, selon Maria, que les citoyens comprennent pourquoi les valeurs démocratiques, la liberté d’expression et les élections libres sont nécessaires.

« Nous devons expliquer mais pas imposer, nous devons inculquer un amour de la liberté à des gens qui ne savent pas ce qu’est la liberté car nous ne sommes pas des gens libres », a souligné Maria Novikova.

Il ne serait pas possible d’avancer sur le chemin de dépoutinisation de la Russie sans la victoire de l’Ukraine. Ainsi, l’ensemble des intervenants ont appelé à la nécessité d’accélérer l’aide à l’Ukraine à vaincre la guerre, en regagnant l’ensemble de ses territoires, y compris l’aide militaire. En dépendra la liberté et l’indépendance de l’Ukraine, mais aussi celles de l’Europe, de la Russie et du Bélarus.

Retrouvez le replay (en français et en russe) ici et la conférence en images plus bas (photos par Nikita Mouraviev) :

Nous remercions l’INALCO pour le soutien.


PORTRAITS DES INTERVENANTS

David Satter est un journaliste et historien américain spécialiste de la Russie et de l’Union soviétique. Il est l’auteur de livres et d’articles sur le déclin et la chute de l’Union soviétique et la montée de Poutine au pouvoir dans la Russie post-soviétique, dont notamment “Darkness at Dawn: The Rise of the Russian Criminal State” publié en 2003 et qui est un des premiers à accuser le FSB d’avoir organisé les attentats à Moscou qui ont conduit à la 2nde guerre en Tchétchénie et à la montée au pouvoir de Vladimir Poutine. Satter a aussi été le premier journaliste américain expulsé de Russie par le gouvernement en 2013.

Lev Ponomarev est militant politique russe et un des plus grands défenseurs des droits humains, homme de confiance de Sakharov, député du 1er parlement après la chute de l’URSS, cofondateur de l’ONG Mémorial (prix Nobel de la Paix). Lev Ponomarev a lancé une pétition “Non à la guerre” dès le lendemain de l’invasion russe de l’Ukraine et a recueilli plus de 1 250 000 signatures. Aujourd’hui, Lev Ponomarev est réfugié en France, où il a fondé l’Institut Sakharov, pour poursuivre la coordination de son travail de défense des droits humains en Russie depuis la France.

Maria Novikova est une juriste russe spécialisée dans les droits humains et cofondatrice du projet du média anti-guerre en ligne NITKA. Militante depuis 2018, Maria a d’abord été coordinatrice régionale du mouvement de jeunesse démocratique Vremya (le Temps) et a participé aux élections municipales de Saint-Pétersbourg en tant que candidate indépendante. Elle poursuit désormais son travail depuis la France, en faisant du conseil aux militants russes et en gérant des dossiers de plaintes pour la Cour européenne des Droits de l’Homme.


POUR ALLER PLUS LOIN :

nous vous invitons à lire notre tribune publiée dans le journal Le Monde: « La paix en Europe ne sera garantie qu’après la “dépoutinisation” de la Russie »

ainsi que les deux articles suivants sur notre site internet : 

https://russie-libertes.org/index.php/2022/10/28/2012-2022-retour-sur-une-decennie-de-luttes-pour-la-liberte-et-de-repressions-en-russie/

https://russie-libertes.org/index.php/2023/01/21/des-russes-sopposent-a-la-guerre-en-ukraine/

Bilan Russie 2022

Malgré les répressions, des Russes de différentes régions  du pays continuent de s’opposer à la guerre en Ukraine.

Les menaces et les persécutions menées par le régime de Poutine se sont amplifiées depuis le début de l’agression russe contre  l’Ukraine. Malgré ces répressions croissantes et le danger de chaque action anti-guerre, des Russes continuent à s’y opposer chaque jour en Russie.

A Moscou, à Saint-Pétersbourg mais aussi dans des villes telles que Elista, Irkoutsk et Komsomolsk-sur-l’Amour des piquets solitaires ont lieu pour dénoncer la guerre menée par le Kremlin contre les Ukrainiens. 

Des militants s’opposent également à la deuxième vague de mobilisation qui est pressentie et tentent d’informer la population sur ses droits de refuser d’être appelé dans les rangs de l’armée. 

Les visages de la plupart des manifestants restent anonymes en raison du risque élevé d’être condamné à une amende ou à une peine d’emprisonnement. 

Parmi les manifestants se trouvent des hommes et des femmes d’âges et de professions différents. 

Par exemple, Olga Nazarenko, ancienne professeur de médecine et militante à Ivanovo, a été inculpée de deux chefs d’accusation en vertu des articles de « discrédit répété de l’armée et de violation de l’ordre des événements publics ». La raison de l’ouverture d’une affaire pénale était les affiches Usurputin sur le banc! Navalny liberté ! et Poutine, retirez les troupes! qui ont été retrouvées chez Olga à la suite d’une perquisition. Après l’ouverture de la deuxième affaire pénale, Nazarenko a été suspendue de l’enseignement à l’académie de médecine d’État.

Olga a déjà été condamnée à plusieurs reprises à des amendes pour des actions anti-guerre. La militante est régulièrement attaquée par les opposants à sa position citoyenne.

Nous pouvons aussi citer l’affaire de Vladimir Rumyantsev, un simple soutier de 61 ans originaire de Vologda, qui a créé une radio amateur à domicile et diffusé des podcasts de médias interdits en Russie tels que Meduza et la radio Ekho de Moscou. De plus, sur sa page du réseau social russe Vkontakte, il a publié des vidéos sur les crimes de guerre commis par l’armée russe en Ukraine (dénonçant les vols, les meurtres et les viols des civils, la destruction d’hôpitaux, de maternités et d’écoles). Précédemment, il avait déjà été condamné à 2 amendes et il avait participé à des manifestations.

 Il a été arrêté et placé en centre de détention provisoire l’été dernier puis condamné le 22 décembre à 3 ans de prison pour diffusion de “fausses” informations sur l’armée russe.

Pendant le pont du Nouvel An, largement célébré en Russie, des Russes sont sortis avec des slogans Assez de morts, Non à la guerre, Arrêtez ces meurtres insensés, La guerre est déclarée par les vieux, mais ce sont les jeunes qui meurent et bien d’autres. Cependant, la grande manifestation anti-guerre Trêve pour toujours annoncée le 7 janvier par le mouvement de jeunesse VESNA n’a pas eu lieu en raison d’une concentration accrue de la police dans les villes et du risque que feraient peser les organisateurs sur les militants d’une telle manifestation.

Malgré tout, en plus des actions publiques, certains Russes trouvent des moyens alternatifs, parfois violents, de protester. Il s’agit notamment d’incendies dans les bureaux d’enregistrement et d’enrôlement militaires, de sabotages ferroviaires et de dommages aux symboles militaires. 

Ainsi, l’artiste et ancien directeur de centre culturel, Ilya Faber, a mis le feu au bâtiment du bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire et au bureau de recrutement dans le village d’Oudmourtie. Le tribunal a condamné Farber à 3,2 ans dans une colonie à régime strict, ainsi qu’à une amende de 35 mille euros. Ces actes de sabotage de bureaux d’enrôlement visent en général à faire disparaître les listes des potentiels appelés et à rendre la tâche de recrutement dans l’armée plus difficile.

Performances artistiques, installations, distribution de tracts, signatures de pétitions et de lettres destinées aux députés : les modes de résistance sont variés. Le mouvement la Résistance féministe anti-guerre a lancé une campagne intitulée Nuit silencieuse du Nouvel An en solidarité avec l’Ukraine, et à Ivanovo des militants non identifiés ont décoré un arbre dans un lieu public avec des slogans anti-guerre.

Le bilan de l’année 2022 en chiffres

(sources : rapport de l’ONG russe OVD-info et du média russe indépendant Verstka

  • 19 478 arrestations en Russie lors de manifestations contre la guerre en Ukraine et la mobilisation
  • 5 518 affaires administratives et 384 affaires pénales contre des opposants à la guerre, dont 51 condamnations
  • 8,5 ans d’emprisonnement est la peine la plus lourde reçue jusque-là par Ilya Yashin pour une vidéo dénonçant les atrocités de Boutcha 
  • 30 nouvelles affaires pénales anti-guerre ont été ouvertes le mois dernier et chaque jour de nouveaux cas apparaissent
  • 86 incendies et tentatives d’incendie de bureaux d’enregistrement militaires et autres bâtiments administratifs
  • 60 sabotages de chemins de fer 
  • 178 militaires condamnés pour avoir refusé de se battre
  • 30 objets de propagande de la guerre endommagés

Nous exprimons notre solidarité avec tous les Russes qui osent défier le régime sanglant de Poutine et qui s’opposent à la guerre chaque jour malgré les répressions.

Nous exigeons l’arrêt immédiat de la guerre en Ukraine et la libération de tous les prisonniers politiques !

Manifestation en soutien aux victimes du régime poutinien

MANIFESTATION EN SOUTIEN A NAVALNY ET TOUTES LES VICTIMES DU REGIME POUTINIEN

Le 22 janvier, nous nous réunissons, à Paris et dans de nombreuses villes du monde, pour crier notre colère et notre indignation face à la répression en Russie. Coordonnée avec la communauté des russes contre la guerre (www.freerussians.net/events-worldwide), cette manifestation marque les 2 ans d’emprisonnement d’Alexei Navalny et notre soutien à son courage ainsi qu’à celui de tous les prisonniers politiques en Russie.

Depuis de nombreuses années, le régime de Poutine s’efforce de réprimer toute forme de contestation et de censurer toute voix dissidente. Les élections sont falsifiées et les partis d’opposition sont interdits.
Les journalistes, les opposants politiques et les militants des droits de l’homme sont régulièrement arrêtés, emprisonnés et torturés.
Avec la guerre en Ukraine, les arrestations arbitraires, les jugements expéditifs et les violences policières se sont considérablement accrus.

Janvier 2023 marque le deuxième anniversaire de l’emprisonnement de l’opposant politique russe Alexei Navalny. Il y a deux ans exactement, alors que Navalny rentrait d’Allemagne, où il était en convalescence suite à l’empoisonnement par le FSB, il a été arrêté à l’aéroport de Moscou et condamné à 3 ans et 6 mois de prison. Puis, lors d’un procès sans précédent qui s’est tenu directement dans l’enceinte de la colonie pénitentiaire, il a été condamné à 9 ans de détention. Aujourd’hui, plus de 10 affaires pénales pèsent sur lui. Cet acharnement judiciaire, politiquement motivé, est totalement arbitraire et vise à réduire au silence l’opposant à Poutine le plus célèbre. Depuis la prison, il continue à dénoncer les dérives du régime poutinien et la guerre en Ukraine. Ce courage et cette persévérance lui valent d’être régulièrement placé en cellule d’isolement avec des conditions très dures : un accès limité à la lumière, aux activités, aux vêtements chauds, des visites extrêmement rares de sa famille…

Sa vie est en danger !

Les prisonniers politiques en Russie:

Alexeï NAVALNY, Ilya YASHIN, Lilia TCHANYSHEVA, Alexei GORINOV, Aleksandra SKOCHILENKO, Vladimir KARA-MOURZA, Artem KAMARDINE, Viktoria PETROVA…

+350 prisonniers politiques sont détenus dans les prisons russes

+2000 poursuites pénales sont en cours pour l’opposition au régime et à la guerre en Ukraine

Nous refusons de rester silencieux. Nous refusons de laisser ces violations des droits humains se produire en toute impunité et exigeons la libération d’Alexeï Navalny et de tous les prisonniers politiques en Russie.
Nous vous appelons à nous rejoindre pour manifester en soutien à ces Femmes et Hommes russes courageux qui défient chaque jour le régime poutinien et s’opposent à la guerre en Ukraine.

PARTENAIRES DE LA MANIFESTATION

La manifestation est organisée avec le soutien d’Amnesty International France et de l’association Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre !

DATE ET LIEU

22 janvier 2023, Paris, place du Trocadéro, à 15h.

Trouvez la ville la plus proche de vous parmi les 42 villes participantes en Europe, mais aussi aux Etats-Unis, en Nouvelle Zélande etc.. :
https://www.freerussians.net/events-worldwide

———–

Signez la pétition : Pétition pour la libération d’Alexeï Navalny

#RussiansAgainstWar #NonalaGuerre #Freepoliticalprisonners #Liberezlesprisonnierspolitiques #FreeNavalny #FreeYashin #FreeGorinov #FreeKaraMurza #FreeSkotchilenko #FreeTchanysheva
#Pourvotreliberteetpourlanotre #Завашуинашусвободу #свободуполитзаключенным #нетвойне

« La paix en Europe ne sera garantie qu’après la “dépoutinisation” de la Russie »

Tribune publiée dans le journal Le Monde, co signée par Olga Prokopieva, porte-parole de Russie-Libertés, Lev Ponomarev, cofondateur de l’ONG russe Memorial, et Cécile Vaissié, professeure en études russes et soviétiques.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/12/15/la-paix-en-europe-ne-sera-garantie-qu-apres-la-depoutinisation-de-la-russie_6154505_3232.html

La guerre en Ukraine et les atroces crimes commis par l’armée russe contre les Ukrainiens ont imposé au monde entier le visage brutal du régime de Vladimir Poutine. Ce visage, que les militants et opposants russes connaissent et affrontent depuis plus de vingt ans, menace aujourd’hui toute l’Europe. Aujourd’hui, il est clair que les Ukrainiens et tous les Européens ne retrouveront la paix et la sécurité qu’après le retrait de l’armée russe et la libération de l’Ukraine, suivie d’une réflexion pour organiser l’après-guerre. Cette discussion ne se fera qu’avec un nouveau pouvoir, postpoutinien.

« La guerre est égale à Poutine et Poutine est égal à la guerre », disait la journaliste russe Anna Politkovskaia au sujet de la guerre en Tchétchénie, avant son assassinat le 7 octobre 2006 à Moscou. Ces mots sonnent encore plus tragiquement juste aujourd’hui, alors que chaque semaine nous découvrons les atrocités commises par l’armée russe en Ukraine, suite à la décision de Vladimir Poutine d’agresser une nouvelle fois, le 24 février, ce pays souverain et profondément européen. Des dizaines de milliers de victimes, des bombardements visant les civils ukrainiens et les infrastructures vitales, des témoignages de torture, de viols… le régime de Poutine montre en Ukraine son vrai visage, toute sa brutalité.

De nombreux journalistes, défenseurs des droits humains et opposants politiques russes avaient sonné l’alarme dès l’arrivée au pouvoir, en 1999, du chef du FSB, les services russes de sécurité, qui a rarement caché son peu de considération pour la vie humaine. L’opposant russe Boris Nemtsov disait alors que « Poutine mènera à la guerre et à la crise ». Celui qui était l’une des figures des grands mouvements de contestation contre les falsifications des élections russes en 2011 et 2012, rassemblant plusieurs centaines de milliers de personnes, et des larges manifestations antiguerres dès 2014, a été assassiné devant le Kremlin le 27 février 2015.

Mouvements de résistance

Aujourd’hui, des militants et opposants russes qui ont échappé à des assassinats, comme Alexeï Navalny et Vladimir Kara-Mourza, dénoncent la guerre depuis leurs cellules de prison. Tout comme Ilia Iachine, Lilia Tchanycheva, Alexeï Gorinov ou Alexandra Skotchilenko, qui continuent leur combat contre la guerre en étant enfermés par le régime.

Depuis février, près de 20 000 arrestations ont eu lieu lors de manifestations antiguerres en Russie, selon l’ONG russe OVD-Info. Ces arrestations sont souvent accompagnées de violences et de torture, suivies de procès arbitraires et du harcèlement des militants et de leurs familles.

La suite de l’article à lire ici:

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/12/15/la-paix-en-europe-ne-sera-garantie-qu-apres-la-depoutinisation-de-la-russie_6154505_3232.html

Chauffage pour l'Ukraine

Rendons le chauffage et la lumière à l’Ukraine!

L’UKRAINE EST AU BORD D’UNE CATASTROPHE HUMANITAIRE!

Poutine recourt à nouveau au chantage, détruit les infrastructures énergétiques civiles de l’Ukraine et condamne les gens à mourir de froid. Depuis plusieurs mois, son armée essaye de complètement détruire tout l’équipement vital et laisser les peuples sans l’électricité, l’eau et le chauffage.

RESULTATS DE VOTRE PARTICIPATION À NOTRE CAMPAGNE POUR FOURNIR AUX CITOYENS D’UKRAINE DES GROUPES ÉLECTROGÈNES!

Nous avons une excellente nouvelle à vous partager !

Grâce à vos contributions généreuses, nous avons pu collecter 8039.28 € pour notre projet humanitaire “Rendons le chauffage et la lumière à l’Ukraine!”. Nous avons utilisé cette somme pour acheter 23 groupes électrogènes de 5,2 kW de la marque KOWAL. Nous sommes fiers de vous annoncer que ces groupes électrogènes sont déjà arrivés en Ukraine, à Kiev ainsi qu’à la région de Kharkiv. Nos partenaires ukrainiens ont commencé à les distribuer, permettant ainsi d’apporter de l’aide concrète aux populations locales qui en ont grandement besoin.

Nous souhaitons remercier tous les gens, les bénévoles, les donateurs, nos partenaires qui ont participé à ce projet. Grâce à leur soutien indéfectible, nous avons pu contribuer à la survie des Ukrainiens qui font face à une situation extrêmement difficile en raison de la guerre menée par Poutine et de la catastrophe humanitaire qui en résulte. Sans vous, rien de tout cela n’aurait été possible. Nous tenons à souligner l’importance de votre soutien qui reste primordial pour les projets en cours et à venir. Nous espérons que vous continuerez à nous soutenir dans nos actions humanitaires.

Encore une fois, un grand merci à tous pour votre aide et votre solidarité!


COMMENT LE PROJET A COMMENCÉ:

Nous, Russie-Libertés, appelons à une aide financière à tous ceux qui se caractérisent par l’humanité et l’empathie pour les autres.
La campagne “Rendons le chauffage et la lumière à l’Ukraine !” est une action conjointe d’associations de russes et d’ukrainiens opposés à la guerre en Ukraine, de pays du monde entier. Les fonds collectés pour l’initiative “WARM FOR UKRAINE” permettent l’achat de groupes électrogènes et de poêles à bois. Ces équipements sont ensuite stockés et contrôlés par les initiateurs du projet en Pologne avant d’être transportés en Ukraine. L’association ukrainienne “ASSISTANCE TO CHILDREN OF WAR 2022”, ainsi que d’autres partenaires ukrainiens, sont chargés de la distribution et de l’installation du matériel reçu dans les zones qui en ont le plus besoin.

TOUTES CES AIDES SONT DESTINÉES AUX FAMILLES À FAIBLE REVENU, AUX RETRAITÉS, AUX FAMILLES NOMBREUSES ET AUX AUTRES CITOYENS QUI ONT UN BESOIN VITAL DE VOTRE SOUTIEN!


TOUT MONTANT DONNÉ EST UNE CONTRIBUTION POUR SAUVER DES VIES!
VOUS AIDEZ  À SAUVER LES GENS DU FROID !


VOUS AIDEZ À RÉSISTER AU RÉGIME INHUMAIN DE POUTINE !
MERCI INFINIMENT!

DES GENS COMME EUX ONT BESOIN DE VOTRE AIDE!

Madame M. Ludmila, née en 1944.
Monsieur M. Nikolay, né en 1941.
Ukraine, l’oblast d’Odessa.
Pas d’électricité dans tout le village !
Nikolay, 81 ans et Ludmila 78 ans, mariés déjà depuis 57 ans. Ils habitent dans la région d’Odessa, là où il n’y a pas d’abris de bombardement. Nikolay est né en mai 1941, juste avant la guerre. Son enfance est passée dans les abris souterrains, les catacombes d’Odessa, où sa mère était une aide-soignante chez les partisans. Ludmila est née en 1944 dans une grande famille des paysans. Son frère aîné, un pilote d’avion, vient de revenir après une blessure de guerre. Il était très étonné par la naissance de sa sœur. Les vrais “enfants de la guerre”. Ils ont vécu une vie heureuse en Ukraine, construit une maison, élevé leurs enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants. Et aujourd’hui Poutine les prive du chauffage et de la lumière.

NOS PARTENAIRES

FAITES UN DON ET PARLEZ-EN À VOS AMIS.

Diffusez le lien sur  les réseaux sociaux. Vos actions peuvent sauver des vies !

Affiche expo Dis la Guerre

Exposition d’artistes russes engagés contre la guerre en Ukraine « Dis la guerre »

Russie-Libertés, en partenariat avec l’Atelier des Artistes en Exil et Art for Human Rights, présente à travers le prisme des productions artistiques militantes, un autre visage de la Russie : celui d’une Russie Libre.

Une Russie contre la guerre en Ukraine.

La résistance artistique a commencé en Russie dès le début de la guerre. Depuis Moscou, l’Oural et la Sibérie, les artistes affirment leur opposition à la guerre en Ukraine. Pour faire entendre leur voix, ils revendiquent la pluralité ethnique de la Russie et emploient différentes stratégies pour diffuser leurs messages. Ils passent par la fabrication de costumes, le détournement de documents officiels, les piquets silencieux (manifestation à une personne).

Certains des artistes présentés ont pu émigrer, d’autres se trouvent actuellement en proie à la censure et en danger. Il s’agit de montrer par cette exposition notre soutien aux voix dissidentes des artistes qui se sont élevées dans toute la Russie ces derniers mois pour dénoncer la guerre.

Il s’agit d’une rare initiative pour présenter la résistance de ces artistes opposants et de faire entendre leur voix au public en France. Nous souhaitons également les soutenir en donnant des informations sur leur situation et le contexte extrêmement répressif de création en Russie.

L’exposition a lieu dans le cadre du Festival de la dramaturgie russophone Lubimovka.

Curatrice de l’exposition : Louise Morin (Atelier des Artistes en Exil)

LES ARTISTES


Daria Apakhonchich
Marina Antonova
Alexandra Dashevskaya
Ekaterina Demina
Oleg Kuvaev
Alisa Gorshenina
Vika Privalova

Collectif Feminist Anti-war Resistance
et d’autres

DATES : 26 et 27 novembre 2022

HORAIRES: 11h30 – 22h00

VERNISSAGE: 26 novembre à 20h30, en présence d’artistes

ADRESSE: Centre des Récollets, 150 rue du Faubourg Saint-Martin, Paris 10éme.

De nombreux de ces artistes ont dû quitter leur domicile et se retrouvent dans des situations de précarité. Vous pouvez les aider en contribuant via ce crowdfunding lancé par Russie-Libertés ou alors acheter certaines œuvres lors de l’exposition.

Tous les bénéfices collectés seront reversés aux artistes en besoin. 

Retrouvez les portraits de ces artistes sur notre page Facebook

Pour nous soutenir