Tagged Russie

Bureau de vote à Rostov. Sources : Golos

Les élections législatives en Russie entachées de nombreuses fraudes

Communiqué de presse

Les élections législatives en Russie entachées de nombreuses fraudes.

Les élections législatives russes se sont déroulées, ce dimanche 18 septembre, dans un contexte tendu et ont été entachées, d’après l’organisation Golos, par de nombreuses fraudes.

Ces élections législatives ont eu lieu dans un contexte particulier : après les élections législatives de 2011 et le grand mouvement de contestation populaire qui les a suivi, plusieurs lois liberticides limitant les droits des citoyens russes ont été adoptées. Les possibilités de mobilisation citoyenne ont été réduites, les nombre de médias indépendants a diminué et la société civile subit une pression importante de la part des autorités. Plusieurs membres de l’opposition ont été empêchés de se présenter à ces élections et le débat démocratique dans les médias n’a pas été équitable. Lors de la campagne électorale, les conditions d’une concurrence démocratique saine n’ont pas été réunies et les « ressources administratives » ont été largement mobilisées en faveur du parti Russie-Unie. Tout a été organisé pour assurer la victoire du parti au pouvoir.

Malgré l’assurance du gouvernement et de la commission électorale centrale d’organiser des élections « propres », les observateurs indépendants ont signalé de nombreux cas de fraudes et des infractions. L’organisation Golos a notamment reçu plus de 3500 alertes et a recensé plusieurs centaines de cas de fraudes. D’après cette organisation, le niveau des fraudes serait « légèrement inférieur à celui de 2011 » mais reste important et ferait penser à une nouvelle large falsification des élections en Russie. Il ne s’agit donc pas de quelques infractions isolées mais d’un système de falsification massif et organisé.

Les observateurs indépendants ont constaté plusieurs « carrousels » (groupes d’électeurs qui votent plusieurs fois dans plusieurs bureaux de vote) notamment à Moscou et dans la région d’Altai, ainsi que plusieurs cas de bourrage d’urnes comme, par exemple, à Rostov-sur-Don. Ces nombreuses fraudes ont sans aucun doute aidé le parti Russie-Unie à obtenir une très large majorité à la Douma. Par ailleurs, l’abstention a été particulièrement élevée (surtout à Moscou et à Saint-Pétersbourg) ce qui montre un faible intérêt des citoyens pour ces élections.

Russie-Libertés constate avec regret que, une nouvelle fois, les engagements du gouvernement russe en matière d’élections libres et démocratiques n’ont pas été tenues. Les fraudes électorales constatées par les observateurs indépendants lors de ces élections législatives indiquent une violation massive du droit de vote des citoyens russes inscrit dans la Constitution. Nous exigeons une enquête indépendante sur l’ensemble des cas de fraudes constatés par la société civile.

Russie-Libertés

banniere-facebook

Forum : Société civile en Russie – tous des « agents de l’étranger » ?

flyer2 (1)FORUM ASSOCIATIF
SOCIETE CIVILE EN RUSSIE – TOUS DES « AGENTS DE L’ETRANGER » ?
SAMEDI 9 AVRIL 15H – 18H30
(La conférence et la projection seront suivies d’une exposition et d’un buffet solidaire)
Lieu : Salle des expositions, Mairie du 2ème arrondissement, 8 Rue de la Banque, 75002 Paris

Inscription gratuite >>> https://www.tickasso.com/e/forumsocietecivileenrussietousdesagentsdeletranger55

Trois ans après l’entrée en vigueur de la loi obligeant les ONG à s’enregistrer sous l’appellation dégradante d’ « agents de l’étranger », où en est aujourd’hui la société civile en Russie ? Quelles sont les conséquences pour les associations, les militants, mais aussi pour la population russe ? Comment résistent ces défenseurs des droits humains en Russie, face à un État qui tente de les étouffer ?
Des militants russes confrontés aux pressions des autorités tenteront de répondre à ces questions. Avec, notamment :
Nadejda Koutepova, fondatrice de « Planète de l’espoir » (ONG d’aide aux victimes de l’accident nucléaire de Mayak),
Ioulia Berezovskaïa, présidente de l’association GRANI, directrice du site Grani.Ru,
Damir Gaïnoutdinov, juriste de l’ONG Agora (organisation de défense des droits humains),
Sacha Koulaeva, responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale de la FIDH (Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme),
Animation : Laurence Habay, journaliste spécialiste de la Russie, chef du service Russie-Caucase à l’hebdomadaire Courrier International.
La conférence sera précédée par la projection d’une série de films intitulée « Agents de l’étranger ». Qui sont-ils ? du collectif russe « Human Rights Defenders » (films en russe, sous-titres en anglais).
Après la conférence : visite de l’exposition photo de Nadejda Koutepova sur les conséquences de la catastrophe nucléaire de Mayak dans la région de Tcheliabinsk en Russie. Partenaire de l’exposition : Fondation Heinrich Böll (France). Pendant la visite un buffet solidaire sera proposé.
Évènement organisé par Amnesty International France (AIF), Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), FIDH (Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme), LDH (Ligue des Droits de l’Homme), Inter-LGBT, RSF et l’association Russie-Libertés.
Inscription gratuite et obligatoire en cliquant sur ce lien : https://tickasso.com/e/forumsocietecivileenrussietousdesagentsdeletranger55

(ou par mail : forum.russie.9avril@gmail.com).

Bâtiment de l'ONG Memorial avec l'inscription "agent de l'étranger".

Nouvelles pressions contre la société civile russe

Communiqué de presse
Paris, 12 février 2016.

Nouvelles pressions contre la société civile russe.

Plus de 3 ans après l’entrée en vigueur de la loi obligeant les ONGs russes à se déclarer comme « agents de l’étranger », et quelques mois après la promulgation de la loi autorisant l’interdiction d’ONGs « indésirables », la société civile subit une nouvelle vague de pressions.

Agora, une association de juristes et d’avocats pour la défense des droits humains, risque la dissolution suite à la décision de la Cour suprême du Tatarstan prise après la demande du ministère de l’Intérieur. Cette décision contestable a été prise alors que l’association s’est déjà soumise à plusieurs contraintes imposées par la loi. L’ONG Agora est connue pour son aide juridique dans des procès contre des militants comme celui des « prisonniers du 6 mai », du groupe Pussy Riot, ou encore du cinéaste Oleg Sentsov et de l’artiste Petr Pavlenski. Agora va faire appel de cette décision mais si cet appel échoue l’ONG risque d’être dissoute.

Une autre importante ONG menacée, Golos, est la principale association d’observation des élections en Russie. Cette ONG, ajoutée à la liste des « agents de l’étranger », fait l’objet d’une demande transmise par le ministère de la Justice à la Cour de l’arrondissement Basmanny, à Moscou, pour le « non-respect de la loi sur les agents de l’étranger ». Connue pour son rôle d’observateur électoral indépendant, et notamment pour la dénonciation des fraudes massives lors des élections de 2011 et 2012, Golos est constamment sous pression des autorités russes.

Plusieurs autres organisations de la société civile russe sont également actuellement sous pression des autorités et de la justice. En tout, depuis 2012, 116 organisations ont été qualifiées d’ « agent de l’étranger ».

Russie-Libertés dénonce ces pressions indignes d’un État de Droit et exercées par les autorités et une justice « aux ordres » contre la société civile russe. Ces pressions visent à empêcher le bon fonctionnement des ONGs et ont pour objectif de faire taire une partie des contre-pouvoirs encore existants en Russie. Nous demandons le retrait des décisions visant à dissoudre les organisations de la société civile ainsi que l’abolition des lois visant à empêcher le bon fonctionnement des ONGs.

Russie-Libertés

FREEDADIN-page-001

Journée internationale de solidarité avec Ildar Dadin

De nombreuses personnes dans plusieurs villes en France ont participé à la Journée internationale de solidarité avec Ildar Dadin.

Ildar Dadin, activiste de la société civile russe, a été condamné le 7 décembre dernier à une peine de 3 ans d’emprisonnement en vertu de l’article 212.1 du Code Pénal de la Fédération de Russie. Cet article mentionne « Les violations répétées de l’ordre établi des rassemblements, manifestations, défilés et piquets de grève ». En réalité, cet article anti-constitutionnel à portée politique est souvent utilisé pour entraver l’action de la société civile et de l’opposition.

Ildar Dadin a été condamné pour avoir participé à des actions de contestation sous forme des piquets de grève solitaires. Ce jeune homme a réalisé plusieurs actions courageuses sur les places de Moscou en soutien aux prisonniers politiques russes. Aujourd’hui, c’est lui-même qui est reconnu comme étant un prisonnier politique par le centre de défense des droits humains « Mémorial ».

Le 7 février 2016, 3 mois après sa condamnation, ses soutiens partout dans le monde préparent une journée internationale de solidarité avec lui.

Russie-Libertés se joint à cette journée de mobilisation et vous invite à exprimer votre soutien à Ildar, en participant à notre flash-mob. Vous pouvez vous prendre en photo avec le texte ci-dessous qui exige la libération d’Ildar. Notre soutien est très important pour lui et pour sa fiancée Anastasia qui prépare actuellement la cérémonie de mariage qui se déroulera en prison.

Toutes vos photos leur seront transmises directement.

Texte pour le message :
СВОБОДУ
ИЛЬДАРУ ДАДИНУ
#FREEDADIN

Vous pouvez poster vos photos directement sur cette page : https://www.facebook.com/events/971506526276721/

Page de la Journée internationale de solidarité avec Dadin : https://www.facebook.com/events/917166065044645/

VwxwibmILYHyrWR-800x450-noPad

Non à une nouvelle loi anti-LGBT en Russie !

Russie-Libertés soutient la pétition contre une nouvelle loi anti-LGBT en Russie.

Vous pouvez signer cette pétition en cliquant ici.

Version française du texte de la pétition :
« Le 19 janvier 2016 prochain, la Douma russe (chambre basse du Parlement) planifie d’étudier le projet de loi n°916716-6 dite – « Modification du Code administratif de la Fédération de Russie » (notamment sa partie qui concerne la responsabilité pour l’expression publique des relations sexuelles « non traditionnelles »).

Ce projet de loi prévoit des peines administratives sous forme d’amendes et d’emprisonnement de 15 jours pour les personnes LGBT en cas d’expression de leurs sentiments en public. Une fois adoptée, cette loi anti-constitutionnelle et discriminatoire serait une violation de nombreux articles de la Constitution, et notamment de son article n°2 (obligation pour l’État de défendre les droits et les libertés des citoyens), n°17 et n°18 (priorité des droits humains sur les intérêts de l’État), n°19 (égalité de tous les citoyens de la Fédération de Russie), n°21 (la dignité de toute personne), n°28 (liberté d’expression et de conviction), n°29 (liberté d’expression) et n°31 (liberté de rassemblement).

Cette loi porte atteinte aux droits de la communauté LGBT qui compte plus de 5 millions de personnes en Russie. N’étant pas précise, cette loi donnera libre cours aux dénonciations des personnes LGBT qui subissent déjà des violences et des discriminations au travail. Il sera interdit, par exemple, aux homosexuels de se tenir par la main en public, de publier leurs photos communes sur les réseaux sociaux et de présenter son partenaire en public.

Nous vous rappelons que la précédente loi adoptée par la Douma, loi dite « Interdiction de la propagande des relations sexuelles non traditionnelles » a conduit à une nouvelle vague d’homophobie et de discorde sociale en Russie, et peut être considérée comme étant à l’origine de meurtres des homosexuels ou de personnes soupçonnées d’appartenir à la communauté LGBT.

Nous vous proposons de signer cette pétition pour essayer d’empêcher l’adoption de cette loi et afin de diffuser cette information autour de vous. »

Vous pouvez signer cette pétition en cliquant ici.

12311263_617861678352564_4390198575633642177_n

#COP21 : la Russie, moteur ou frein de la lutte contre le changement climatique ?

banner_9dec_2Conférence-débat
COP21 : la Russie, moteur ou frein de la lutte contre le changement climatique ?

9 décembre 2015, 18h30-20h30
INALCO, Amphi 5, 65 Rue des Grands Moulins, Paris

A l’occasion de la COP21 à Paris, l’association Russie-Libertés, la revue Regard sur l’Est (www.regard-est.com) et les Hautes études internationales (HEI) de l’INALCO vous invitent à une conférence-débat exceptionnelle avec des acteurs de la société civile russe.

La Russie est aujourd’hui l’un des plus grands émetteurs de CO2 et l’un des plus importants producteurs d’hydrocarbures dans le monde. A l’heure de la COP21, elle devient donc un acteur incontournable dans les négociations autour de la lutte contre le changement climatique. La position de la Russie dans ces négociations ne peut toutefois être considérée sans prise en compte de plusieurs facteurs externes et internes comme les politiques économiques, écologiques et l’évolution des relations entre les autorités et la société civile constatées ces dernières années.

Quelle est la position de la Russie dans les négociations climat ? Quelles sont les politiques écologiques et anti-écologiques menées en Russie ? Quelle est la place de la société civile dans le contexte actuel ? Et enfin, la Russie est-elle un acteur majeur climat qui ne joue pas le jeu ?

Intervenants :
Introduction par Evguenia Tchirikova, écologiste russe, lauréate du Prix Goldman pour l’environnement.
Marie-Hélène Mandrillon, Historienne de l’environnement en URSS/Russie, CERCEC, CNRS/EHESS.
Vladimir Slivyak, co-responsable de l’ONG « Eco-défense ».
Sofia Rousova, membre du comité de l’ONG « Environmental Watch Nord Caucase ».
Nadejda Koutepova, fondatrice de  l’ONG « Planète de l’espoir ».

Modération : Céline Bayou, revue Regard sur l’Est et Alexis Prokopiev, association Russie-Libertés.
Langues : Français et Russe, traduction en Français.

Photos de la conférence :

12311263_617861678352564_4390198575633642177_n 12360131_617861685019230_8821145435214779022_n

large_banner14novKKBB_v1-1442840047-1442840056

Aidez à organiser le forum-concert « Pour votre liberté et pour la nôtre » édition 2015.

Aidez à organiser le forum-concert « Pour votre liberté et pour la nôtre » édition 2015.

« Pour votre liberté et pour la nôtre ».

C’est avec ce slogan que Natalia Gorbanevskaïa et « le groupe des sept » ont manifesté sur la place Rouge à Moscou en 1968, alors que les chars soviétiques entraient dans Prague. Aujourd’hui ce message est plus que jamais d’actualité. Lois liberticides, atteintes à la liberté d’expression, procès inéquitables, condamnations à de lourdes peines… la société civile russe voit de plus en plus ses droits fondamentaux mis en péril.

En solidarité avec toutes celles et tous ceux qui luttent, en Russie comme ailleurs, souvent au prix de leur propre liberté, pour les droits humains et la liberté, nous vous invitons à aider à organiser un forum-concert exceptionnel qui se déroulera le 14 novembre 2015 à Paris.

Read more

IMG_20150623_191610

Présentation du rapport « Poutine et la guerre » à l’Assemblée nationale

Mardi 23 juin à 19h s’est déroulée la conférence exceptionnelle de présentation du rapport « Poutine et la guerre » et de sa traduction en français à l’Assemblée nationale.

Le rapport « Poutine et la guerre » compile des informations et des témoignages sur la présence de militaires russes sur le territoire ukrainien. Il analyse également les raisons de l’implication russe, les outils de communication employés par le Kremlin et le coût de la guerre pour les citoyens russes.

Conférence avec la participation de Ilya Yashin – militant de l’opposition russe, membre du conseil politique de RPR-PARNAS, co-auteur du rapport « Poutine et la guerre », Krystyna Biletska – militante de l’association « Ukraine Action », coordinatrice de la traduction du rapport « Poutine et la guerre », Danielle Auroi – députée du Puy-de-Dôme, présidente de la commission des Affaires européennes de l’Assemblée nationale, Alexis Prokopiev – militant pour les droits humains et les libertés, président de l’association « Russie-Libertés ».

Photos :

IMG_20150623_194428 IMG_20150623_191610 IMG_20150623_191516

11011202_859152827488256_6402140746088068951_n

6 mai : soirée-débat « Libertés et Droits humains dans la Russie d’aujourd’hui »

Libertés et Droits humains dans la Russie d’aujourd’hui

autour du livre Les autres visages de la Russie

Avec les co-auteurs :

Alexis Prokopiev, président de Russie-Libertés

Arnaud Gauthier, Porte-parole aux Questions Internationales, Inter-LGBT

Johann Bihr, Responsable du bureau Europe de l’Est & Asie centrale, Reporters Sans Frontière

 

Soirée - débat - 20h – Mercredi 6 mai - Montreuil

centre République – 59, rue Barbès (M° Robespierre)

La soirée sera suivi d’un pot convivial

 

Proposé par la LDH Montreuil/Romainville, Russie-Libertés et EELV Montreuil avec la participation de Reporters Sans Frontières et L’Inter LGBT.
A propos du livre Les autres visages de la Russie.

Sur Vladimir Poutine, tout a été dit ou presque : la corruption, l’autoritarisme – contesté par les Russes en décembre 2011 –, la « verticale du pouvoir », qui s’est renforcée depuis sa réélection à la présidence en 2012.

Pourtant, le quotidien vécu par de nombreux Russes demeure largement méconnu : associations harcelées, médias bâillonnés, liberté d’expression limitée, homosexuels marginalisés…

Cette réalité, des citoyens d’horizons divers la refusent : les désormais célèbres Pussy Riot, mais aussi des personnalités qui ne font pas les gros titres de la presse mondiale. Journalistes, artistes, enseignants, militants environnementalistes ou simples manifestants, ils payent souvent cet engagement de leur liberté ou de leur sécurité.

Émergeant derrière la communication soigneusement maîtrisée du Kremlin, ces hommes et ces femmes dessinent les autres visages de la Russie. Qui sont-ils ? Quel est leur parcours ? Comment ont-ils été confrontés à l’arbitraire du pouvoir et comment espèrent-ils en sortir ?

Les portraits d’Olga, Natalia, Mikhaïl et les autres, présentés par un collectif d’associations qui les soutiennent, rendent compte de ce combat pour faire vivre au quotidien la flamme des droits humains.