Tagged réaction internationale

La Russie rappelée à l’ordre par la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28596&Cr=Russie&Cr1=

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, à la sortie du Conseil de sécurité le 2 juillet 2012.

18 juillet 2012 – 

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a exprimé mercredi son inquiétude devant de nouvelles dispositions juridiques en Fédération de Russie qui auront un impact négatif considérable sur les droits de l'homme dans ce pays.

 « Au cours des deux derniers mois, nous avons assisté à un changement préoccupant dans le cadre juridique qui règlemente les libertés de rassemblement, d'association, d'expression et d'information en Fédération de Russie. Au moins quatre nouvelles dispositions auront un effet néfaste sur le respect des droits de l'homme dans le pays », a assuré Mme Pillay dans un communiqué de presse.

Des amendements restrictifs de la loi sur les rassemblements publics et sur le code administratif ont été adoptés en juin et promulgués par le Président Vladimir Poutine. Ces amendements prévoient de lourdes amendes les organisateurs de rassemblements « non autorisés » et confèrent également davantage de pouvoir aux autorités administratives pour refuser d'accorder les autorisations requises.

« Il est désormais plus difficile et onéreux pour ceux qui défendent une opinion alternative d'organiser des protestations en public. Le droit aux rassemblements pacifiques est garanti par la constitution russe ainsi que par plusieurs traités régionaux et internationaux ratifiés par la Russie », a rappelé la Haut Commissaire.

« J'exhorte le gouvernement à veiller à ce que les lois soient conformes aux engagements internationaux du pays et à la législation nationale en faveur des droits de l'homme », a-t-elle ajouté.

Le 11 juillet, la chambre basse du Parlement russe, la Douma, a adopté une loi qui restreint la liberté d'information sur Internet. Cette loi permettrait au gouvernement de bloquer les sites jugés nuisibles aux enfants ou considérés extrémistes pourrait être invoquée pour limiter la libre expression.

« Étant donné les nombreuses préoccupations autour de ces lois exprimées par le Conseil présidentiel des droits de l'homme, la société civile et les experts des droits humains, une enquête indépendante et ouverte devrait être ouverte pour en réexaminer les dispositions », a recommandé Mme Pillay.

« Lorsque j'ai visité la Russie en février l'an dernier, je me suis entretenu avec plusieurs hauts responsables russes, dont l'ancien Président Medvedev, sur le besoin d'améliorer les conditions dans lesquelles évolue la société civile russe. Je suis très déçue de constater l'adoption de lois qui restreignent encore davantage l'espace de la société civile au lieu de créer un environnement propice à la protection et la promotion des droits humains », a-t-elle poursuivi.

La Haut Commissaire a exhorté le gouvernement russe à renoncer à adopter d'autres mesures rétrogrades qui rappellent des périodes plus restrictives de l'histoire du pays et à faire des efforts considérables pour limiter les effets néfastes des lois récemment mises en place.

« La critique et le débat peuvent parfois sembler incommodants pour les autorités, mais ce sont des éléments cruciaux pour le développement de toute société. Cela vaut également pour des médias et des organisations de la société civiles indépendants et forts qui peuvent exercer leurs droits à la liberté d'expression et de rassemblement afin d'œuvrer en faveur du progrès. »

Read more

Case of Sergei Magnitsky central to international political debate

Case of Sergei Magnitsky central to international political debate

PRESS RELEASES

Parliamentarians vote for visa ban bill, rule of law in Russia

AS-2012-McCain-Plenary-MagnitskyCase of Sergei Magnitsky central to international political debate

MONACO, 8 July 2012 – Parliamentarians from across Europe, Central Asia and North America today voted today to call on parliaments to ban visas and freeze assets for human rights abusers connected to the death of Russian whistleblower Sergei Magnitsky.

The debate at the OSCE Parliamentary Assembly Annual Session marks the first time parliamentarians from Russia and the United States were in the same room to debate the measure. Russian President Vladimir Putin has declared nixing the measure a top foreign policy priority, and United States Senator John McCain spoke in support of the resolution. (Watch video of McCain's speech.)

United States congressional committees approved in June similar legislation introduced by OSCE PA Vice-President Benjamin Cardin.

"I believe that supporting the rule of law is pro-Russia. I believe that defending the innocent and punishing the guilty is pro-Russia," McCain said at the OSCE Parliamentary Assembly. "It represents the future that most Russians want for themselves and their country."

Joao Soares (Portugal), former president of the OSCE Parliamentary Assembly, introduced the resolution calling on the 56 nations of the Organization for Security and Co-operation in Europe to impose visa sanctions and asset freezes on persons responsible for Sergei Magnitsky's detention, abuse and death. Magnitsky was a Russian lawyer representing Hermitage Capital Management, a global investment advisory firm, who died in custody after having discovered massive tax fraud committed by Russian government officials.

"Today we as parliamentarians from across the OSCE area sent a clear message of support for democratic values and human rights," said Soares. "National parliaments must now follow up to enact visa sanctions and travel bans so those who abuse human rights are kept from enjoying the luxuries of foreign travel and investment in our countries."

The resolution also encourages the Russian Federation to issue a public report on Magnitsky's case and co-operate with international institutions investigating his death.

The resolution supports legislative initiatives moving forward in the Parliamentary Assembly of the Council of Europe, the United States, Canada, Italy, the Netherlands, the United Kingdom, Sweden, and Poland and resolutions adopted by the European Parliament.

The OSCE Parliamentary Assembly is comprised of 320 parliamentarians from 55 countries spanning, Europe, Central Asia and North America. The Assembly provides a forum for parliamentary diplomacy, monitors elections, and strengthens international cooperation to uphold commitments on political, security, economic, environmental and human rights issues.

Read more

HRW interpelle la Russie

Europe 1

L’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) a appelé mardi les autorités russes à protéger le droit aux rassemblements « pacifiques », après l’interpellation d’une centaine d’opposants lors de manifestations à Moscou le week-end dernier.

« Les autorités russes au plus haut niveau doivent prendre des mesures immédiates pour protéger le droit aux rassemblements pacifiques », a indiqué HRW dans un communiqué.

http://www.europe1.fr/International/HRW-interpelle-la-Russie-997467/

Vladimir Poutine doit engager le dialogue avec les manifestants, affirment les députés

Europe 1

Le Parlement européen condamne les manquements et les irrégularités dans la préparation et la conduite des élections présidentielles russes du 4 mars. Dans une résolution adoptée à une large majorité ce jeudi, les députés appellent Vladimir Poutine à modérer ses propos à l’encontre des manifestants et à engager un « dialogue sincère » avec eux.

http://www.europarl.europa.eu/news/fr/pressroom/content/20120315IPR40870/html/Vladimir-Poutine-doit-engager-le-dialogue-avec-les-manifestants

Russie : une élection incontestée pour un scrutin pour le moins contestable

La regle du jeu

L’ex-agent du KGB et maître (de plus en plus contesté) du Kremlin vient de se ré-offrir six ans de présidence dans l’indifférence quasi générale. La Grande-Bretagne a enjoint du bout des lèvres l’ex-futur président russe de respecter les principes et règles clés de la démocratie, Madame Merkel de moderniser sa politique ; l’Union européenne a appelé Moscou à remédier aux lacunes du processus électoral. Autant de bons conseils que s’empressera de suivre, c’est certain, Monsieur Poutine après cette réélection “sans surprise”.

Une voix néanmoins s’est élevée au Parlement européen ce lundi pour dénoncer un scrutin orchestré en haut lieu : “Nous avons assisté à la pose du dernier clou dans le cercueil de la démocratie russe” a ainsi déclaré le chef du groupe libéral au Parlement européen, Guy Verhofstadt, dans un communiqué.

http://laregledujeu.org/2012/03/06/9161/russie-une-election-incontestee-pour-un-scrutin-pour-le-moins-contestable/