Tagged censure

L’annexion de la Crimée, vue de Russie : certains sont contre, mais ne peuvent pas parler

Article publié sur LePlus

« Marche pour la paix » à Moscou, 15 mars 2014

Les tensions entre l’Ukraine et la Russie ne sont pas seulement liées à l’annexion de la Crimée par le Kremlin, « sans coups de feu » mais en présence de milliers d’hommes armés. Si une grande partie de la population russe soutient les nouvelles acquisitions territoriales, certains ne partagent pas la ligne du pouvoir. Et le régime est plus que jamais déterminé à les faire taire. 

Quatre effets de cette guerre « fraîche et joyeuse » à ne pas oublier : la croissance – sans doute passagère – de la popularité de Poutine, d’un côté, et la propagande impudente, de graves entraves à la liberté de presse et une nouvelle vague de répressions, de l’autre.

Read more

Lois liberticides en Russie: dangereuse dérive sécuritaire d’un régime apeuré

Communiqué de presse de Russie-Libertés

Lois liberticides en Russie: dangereuse dérive sécuritaire d’un régime apeuré

Le Parlement russe vient d’adopter en un temps record trois lois liberticides. L’association Russie-Libertés dénonce cet acharnement contre les droits humains et les libertés les plus fondamentales et appelle la communauté internationale à condamner la dérive sécuritaire en Russie.
— — —
A peine un mois après la promulgation de la loi limitant sévèrement le droit de manifester, le Parlement russe, sur ordre du Kremlin, vient d’adopter, en un temps record, deux autre lois : loi de censure sur Internet et loi « d’encadrement » des ONG.

La version russe de Wikipedia ferme pour protester contre une loi sur Internet

La version russe de Wikipedia ferme pour protester contre une loi sur Internet

Le Monde.fr | 10.07.2012

 

La page d'accueil russe de Wikipedia, mardi 10 juillet 2012. L'encyclopédie participative proteste contre un projet de loi prévoyant la création d'une liste noire de sites Internet.
La page d'accueil russe de Wikipedia, mardi 10 juillet 2012. L'encyclopédie participative proteste contre un projet de loi prévoyant la création d'une liste noire de sites Internet. | Capture d'écran

 

 

Wikipedia a fermé sa version russe mardi 10 juillet pour la journée, et a remplacé sa page d'accueil par son logotype en cyrillique, barré d'un bandeau noir. Un court texte explique que l'encyclopédie participative proteste contre une loi discutée au Parlement russe visant à établir une liste noire de sites Internet.

"Représentez-vous un monde sans connaissances libres", peut-on ainsi lire à l'adresse http://ru.wikipedia.org. Le site explique que la Douma discute actuellement d'un second amendement à la "loi sur l'information", qui "peut menerà la création d'une censure extrajudiciaire d'Internet en Russie, y compris la fermeture de l'accès à la version russe de Wikipedia".

Tout le contenu russe de Wikipedia est inaccessible, à l'exception des pages dont se sert l'organisation dans son argumentaire.

UNE LISTE NOIRE DE SITES INTERNET

Le site invite les internautes à apporter leur soutien à ce mouvement de protestation contre le projet de loi n° 89417-6, examiné en seconde lecture mercredi. Né à la suite du démantèlement, en 2011, d'un réseau où circulaient cent trente contenus pédophiles, ce texte de loi prévoit la création d'une liste noire de sites Internet qui proposent des contenus pédophiles, des publicités pour lesdrogues, ainsi que des incitations au suicide ou aux "idées extrémistes"relève le site russe Ria Novosti. Une agence fédérale créée pour l'occasion pourra, ainsi que les tribunaux, ajouter des éléments à la liste noire.

En juin, Reporters sans frontières avait publié sur son site un article s'inquiétant"des signes de la volonté des autorités de contrôler plus étroitement Internet" enRussie, et rappelait que ce pays "fait partie des pays 'sous surveillance' dans le dernier rapport Les Ennemis d'Internet, publié en mars 2012 par Reporters sans frontières", comme la France.

Read more