From Dans les médias

5f3e0bb91e00004d004743c7

Nous demandons le transfert d’Alexeï Navalny pour des soins dans un pays européen.

Alexeï Navalny est dans le coma. Depuis ce matin, l’avion avec tout le matériel médical nécessaire se trouve à l’aéroport d’Omsk. Mais l’épouse de Navalny n’est pas autorisée à transporter son mari de l’hôpital d’Omsk, où il est dans un état grave depuis le deuxième jour après qu’il est tombé très malade à bord d’un avion à destination de Moscou depuis Tomsk.

Tout porte à croire qu’Alexei Navalny a été victime d’un empoisonnement.
Nous remercions la France et l’Allemagne qui ont réagi immédiatement et proposé leur aide et expertise indépendante. Nous exigeons des autorités russes qu’elles répondent favorablement à cette proposition.

Hier, l’attaché de presse présidentiel Dmitri Peskov a promis d’aider à transporter Navalny pour un traitement médical à l’étranger. Même ce matin, il a été dit que des documents étaient en cours de préparation pour le transport de Navalny. Mais maintenant, les médecins refusent d’autoriser le transport. Nous ne pensons pas du tout qu’ils agissent de leur propre initiative et que cette décision a été prise à l’hôpital d’Omsk.

Ce matin, un représentant de la police des transports a déclaré avoir trouvé une certaine « substance », mais son nom et sa composition – «  le secret des investigations.« . Cela constitue une menace pour la vie non seulement de Navalny, mais aussi de ceux qui l’entourent; les gens autour de lui doivent porter des combinaisons de protection chimique.

 

Dans le même temps, devant les caméras, le médecin-chef adjoint a déclaré qu’il ne considérait pas l’incident comme un empoisonnement. Le médecin en chef, le membre de la partie du pouvoir “Russie unie” lui-même a déclaré que l’état grave de Navalny n’était pas un empoisonnement, mais « une violation de l’équilibre glucidique » et « un trouble métabolique dans l’avion ». Dans le même temps, les troubles métaboliques, comme une baisse de sucre, sont des conditions et non un diagnostic. Le diagnostic, contrairement aux déclarations des médecins, n’a même pas été rapporté aux proches de Navalny.

 

Navalny a toujours eu une excellente santé. Comme le disent les gens, «a eu une santé de fer». Il n’avait même jamais vraiment eu un rhume. Et après avoir été empoisonné dans un centre de détention spécial l’été dernier, Navalny s’est complètement rétabli. Tout cela est confirmé par les médecins traitants de Navalny, qui l’observent depuis 2013.

 

Ce qui se passe ne peut être considéré que comme une obstruction délibérée au traitement de Navalny et la dissimulation des traces du crime. Trouver une substance peut aider à déterminer l’antidote et à prescrire le bon traitement pour rétablir la santé.

 

Nous nous adressons à la Cour européenne des droits de l’homme pour demander des mesures provisoires urgentes conformément à l’article 39 du règlement.

 

Nous exigeons qu’il soit interdit aux autorités de la Fédération de Russie d’entraver la transportations de Navalny vers un établissement médical. Retarder le transport peut entraîner des dommages irréparables à la vie et à la santé.

 

 

Capture d’écran 2019-10-19 à 19.48.51

Repenser le projet Nord Stream 2

L’actualité nous rappelle tous les jours à quel point les enjeux environnementaux et démocratiques sont liés. A l’heure où l’Europe avance enfin dans la volonté d’évaluer l’ensemble des projets construits avec d’autres pays en prenant en compte ces enjeux, nous estimons, avec plusieurs organisations de différents pays, que le projet Nord Stream 2, avec la Russie et Gazprom, soulève des interrogations légitimes. Nous demandons de le repenser en tentant notamment compte de la compatibilité avec l’Accord de Paris sur le climat et des règles de transparence européennes.

Ce mardi 22 octobre, nous vous invitons à une conférence à Strasbourg pour échanger sur ce sujet :

Logo-Radio-Nova-Converti

Radio Nova

Ce mardi, la Nouvelle Internationale de Radio Nova s’intéressait à la situation des droits de l’homme, de la démocratie et des libertés en Russie. Elodie Font et Thierry Paret recevaient Alexis Prokopiev, co-fondateur et président de l’association Russie-Libertés qui lutte pour une Russie davantage démocratique, moins corrompue. L’interview est à réécouter ci-dessous.

Le podcast de l’émission : http://www.novaplanet.com/radionova/62939/episode-alexis-prokopiev-co-fondateur-et-president-de-l-association-russie-libertes

L’entrée de la ville de Sloviansk, région de Donetsk. Photo : Lidia Shevchenko.

Les déplacés de l’Est de l’Ukraine en mode survie

Lidia Shevchenko est  une activiste de la société civile russe. En avril 2015, elle décide de partir en Ukraine à la rencontre des déplacés : elle veut voir la situation de ses propres yeux… Sur son blog, on suit le parcours d’Igor EGURNOV et de sa famille. Contraints de fuir à cause de la guerre, ils ont tout perdu et sont devenus des réfugiés à l’intérieur même de leur pays.  Simple témoignage ? Pas tout à fait ! Le récit d’Igor nous restitue les tragiques événements qu’il a vécus de l’intérieur; le « désastre » le conduit aussi à poser sans détour la responsabilité du gouvernement russe. Sans oublier les questions douloureuses que Lidia Shevchenko, à son retour, se pose à elle-même…

Lire l’article ici : Les déplacés de l’Est de l’Ukraine en mode survie.