From Nos infos

centrale_tchernobyl-4ca3d

Tchernobyl 30 ans après

L’Ukraine, la Russie, la Biélorussie mais aussi une grande partie de l’Europe ont été marquées par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl commencée le 26 avril 1986. Scandales sanitaires, mensonges et dénis, milieu naturel atteint, réacteur toujours menaçant… cette catastrophe écologique est aussi, encore aujourd’hui, un scandale démocratique.

A l’occasion de ce triste 30ème anniversaire de l’accident, Russie-Libertés soutient l’initiative du réseau Sortir du nucléaire : http://sortirdunucleaire.org/Tournee-d-une-liquidatrice-russe.

IMG_1034

Forum sur la société civile en Russie

Trois ans après l’entrée en vigueur de la loi obligeant les ONG à s’enregistrer sous l’appellation dégradante d’ « agents de l’étranger », où en est aujourd’hui la société civile en Russie ? Quelles sont les conséquences pour les associations, les militants, mais aussi pour la population russe ? Comment résistent ces défenseurs des droits humains en Russie, face à un État qui tente de les étouffer ?

Évènement organisé par Amnesty International France (AIF), Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), FIDH (Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme), LDH (Ligue des Droits de l’Homme), Inter-LGBT, RSF (Reporters sans frontières) et l’association Russie-Libertés le 9 avril 2016 à la Mairie du 2ème arrondissement de Paris.

IMG_0993 Lors de la conférence qui a suivi la projection d’une série de films sur les actions des associations en Russie, les intervenants ont appelé à « ne pas abandonner la société civile russe ».

Damir Gaïnoutdinov, juriste de l’ONG Agora, a indiqué que « les ONG aident les citoyens partout en Russie à combattre les injustices mais l’aide juridique d’Agora devient de plus en plus importante car la société civile est souvent attaquée. »

Nadejda Koutepova, fondatrice de « Planète de l’espoir » (ONG d’aide aux victimes de l’accident nucléaire de Mayak), qui vient d’obtenir l’asile politique en France, a témoigné du fait que son « organisation environnementale a été accusée d’espionnage industriel » et suite aux pressions des autorités elle a été obligée de quitter le pays avec ses enfants.

Ioulia Berezovskaïa, présideIMG_1033nte de l’association GRANI, directrice du site Grani.Ru, a insisté sur le fait que « les attaques contres les journalistes et les arrestations de militants sont devenus la routine » en Russie.

Sacha Koulaeva, responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale de la FIDH (Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme), a rappelé « l’universalité des droits et le danger que représente les reculs sur les droits partout dans le monde. »

Enfin, Damir Gaïnoutdinov a insisté sur la nécessité de ne pas oublier que « la Russie c’est aussi l’Europe. Et la Russie ce n’est pas seulement Poutine, nous aussi nous sommes la Russie ! ».

La conférence a été animée par Laurence Habay, journaliste spécialiste de la Russie, chef du service Russie-Caucase à l’hebdomadaire Courrier International.

Partenaires de l’évènement : l’hebdomadaire Courrier international et la Fondation Heinrich Böll (France).

Photo : Amélie Poinssot/Mediapart

L’écologiste russe Nadejda Koutepova a obtenu l’asile politique en France

L’écologiste russe Nadejda Koutepova, fondatrice de l’ONG « Planète de l’Espoir », a obtenu l’asile politique en France.

Depuis quinze ans l’ONG de Nadejda Koutepova aide les victimes de contamination radioactive autour de l’usine de Maïak, dans l’Oural, où a eu lieu, en 1957, la première catastrophe nucléaire au monde. En juillet 2015, elle a été attaquée par les autorités et les médias pro-Kremlin et contrainte de quitter le territoire russe avec ses enfants. Hier, elle a annoncé avoir obtenu l’asile politique en France, qui lui offre, ainsi qu’à ses enfants, une protection contre les poursuites à caractère politique en Russie.

Source image : http://zona.media/online/95_online/

Série d’attaques contre des responsables d’ONGs et des journalistes dans le Caucase du nord

Hier, le 9 mars 2016, des hommes masqués ont attaqué un véhicule avec des responsables de l’ONG « Comité pour la prévention de la torture », des défenseurs du Joint Mobile Group et des journalistes russes et étrangers. L’attaque s’est produite sur la route entre l’Ingouchie et Grozny, la capitale de la Tchétchénie. Plusieurs personnes ont été gravement blessées et leur véhicule a été brûlé par les assaillants, indique le média Mediazona.

Peu de temps après cette agression, les bureaux du « Comité pour la prévention de la torture » à Karaboulak en Ingouchie (République du Caucase du nord au sein de la Fédération de Russie) ont été investis par des hommes armés et cagoulés.

Il ne s’agit malheureusement pas de la première attaque de ce genre. En décembre 2014 et en juin 2015, les bureaux de l’ONG à Grozny avaient déjà été attaqués.
Également, en juillet 2009, Natalia Estemirova, journaliste et défenseure des droits humains, a été enlevée en Tchétchénie et assassinée en Ingouchie. Les responsables et les commanditaires de ce crime n’ont toujours pas été retrouvés.

Russie-Libertés dénonce cette nouvelle série d’attaques odieuses contre des responsables d’ONGs et des journalistes dans le Caucase du nord. Nous rappelons que ces attaques se sont déroulées dans un contexte de haine alimenté par le Président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, qui n’a cessé de viser dans ses déclarations les défenseurs des droits humains et les journalistes indépendants qu’il surnomme de « traitres à la patrie » et d' »ennemis du peuple ».

Russie-Libertés se joint aux demandes des militants et journalistes russes qui exigent une enquête indépendante et appellent les autorités russes à retrouver les commanditaires de ces attaques.

Russie-Libertés

BB931C27-3AB7-4E78-A76D-8EACA0928C0A_cx0_cy5_cw0_mw1024_s_n_r1

En mémoire de Boris Nemtsov // В память о Борисе Немцове. Rassemblement le 27 février à Paris.

En mémoire de Boris Nemtsov // В память о Борисе Немцове.

Le 27 février 2015, Boris Nemtsov, homme politique et opposant russe, a été assassiné dans le centre-ville de Moscou.
Le 27 février 2016, un an après sa mort, nous vous invitons à un rassemblement en mémoire de Boris Nemtsov à Paris.

Heure : 15h – 17h.
Lieu : Boulevard Lannes angle rue Dufrenoy, Paris 16ème (en face de l’ambassade de Russie en France).
Micro ouvert et fleurs blanches.

FREEDADIN-page-001

Journée internationale de solidarité avec Ildar Dadin

De nombreuses personnes dans plusieurs villes en France ont participé à la Journée internationale de solidarité avec Ildar Dadin.

Ildar Dadin, activiste de la société civile russe, a été condamné le 7 décembre dernier à une peine de 3 ans d’emprisonnement en vertu de l’article 212.1 du Code Pénal de la Fédération de Russie. Cet article mentionne « Les violations répétées de l’ordre établi des rassemblements, manifestations, défilés et piquets de grève ». En réalité, cet article anti-constitutionnel à portée politique est souvent utilisé pour entraver l’action de la société civile et de l’opposition.

Ildar Dadin a été condamné pour avoir participé à des actions de contestation sous forme des piquets de grève solitaires. Ce jeune homme a réalisé plusieurs actions courageuses sur les places de Moscou en soutien aux prisonniers politiques russes. Aujourd’hui, c’est lui-même qui est reconnu comme étant un prisonnier politique par le centre de défense des droits humains « Mémorial ».

Le 7 février 2016, 3 mois après sa condamnation, ses soutiens partout dans le monde préparent une journée internationale de solidarité avec lui.

Russie-Libertés se joint à cette journée de mobilisation et vous invite à exprimer votre soutien à Ildar, en participant à notre flash-mob. Vous pouvez vous prendre en photo avec le texte ci-dessous qui exige la libération d’Ildar. Notre soutien est très important pour lui et pour sa fiancée Anastasia qui prépare actuellement la cérémonie de mariage qui se déroulera en prison.

Toutes vos photos leur seront transmises directement.

Texte pour le message :
СВОБОДУ
ИЛЬДАРУ ДАДИНУ
#FREEDADIN

Vous pouvez poster vos photos directement sur cette page : https://www.facebook.com/events/971506526276721/

Page de la Journée internationale de solidarité avec Dadin : https://www.facebook.com/events/917166065044645/

CW1uiXJWoAAEy6q

Evgueni Vitichko est enfin libre !

Evgueni Vitichko est enfin libre !

L’ONG russe « Environmental Watch on North Caucasus« , dont Vitichko fait partie, vient d’annoncer la libération de l’écologiste russe après près de 2 ans passés dans une colonie pénitentiaire pour une action pacifique.

L’écologiste russe a été emprisonné suite à un procès inéquitable et une décision injuste prononcée par la Cour de Touapsé le 20 décembre 2013. Il est notamment connu pour avoir révélé les dégâts environnementaux causés par la préparation des JO 2014 à Sotchi. Il a été condamné suite à une manifestation pacifique dénonçant les constructions illégales dans la région de Krasnodar, dans le sud de la Russie. Le 12 février 2014, un tribunal de Krasnodar a confirmé sa condamnation et le 18 février 2014 il a été conduit de force dans une colonie pénitentiaire. Aujourd’hui il a enfin été libéré.

Russie-Libertés salue la libération de Evgueni Vitichko et remercie toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés pour qu’il soit enfin libre.

340f0747fe15

Un activiste russe condamné à 3 ans de prison.

Le 7 décembre 2015, jour de la dernière audience dans l’affaire de l’activiste civil russe Ildar Dadin.
Le Procureur a requis une peine de 2 ans. Le juge a condamné Ildar à 3 ans d’emprisonnement.

Il s’agit de la première condamnation à la peine d’emprisonnement en vertu de l’article 212.1, inclus dans le Code Pénal en Juillet 2014, qui mentionne « Les violations répétées de l’ordre établi des rassemblements, manifestations, défilés et piquets de grève ». Cet article du Code Pénal a déjà servi pour ouvrir une enquête judiciaire à l’encontre de Vladimir Ionov et Mark Galpérine, connus pour leur action en janvier 2015 « Je suis Charlie ».
C’est aussi un cas exceptionnel où le juge condamne l’accusé à une peine plus sévère que celle demandée par le procureur.

Ildar Dadin a activement participé à de nombreuses manifestations protestataires, souvent sous forme des piquet ou de grève solitaire. Ildar a été en détention provisoire 15 jours durant jusqu’au 30 janvier 2015. Depuis le 3 février 2015 il était assigné à résidence. Actuellement ni ses proches, ni son avocat ne savent où il se trouve.
Ildar Dadin est reconnu prisonnier politique par le centre de défense des droits de l’homme « Mémorial ». Aujourd’hui son destin a basculé… Nous tenons à le soutenir dans sa lutte dans ce procès inéquitable et exprimons notre indignation face à cette condamnation injuste.

11221936_610901415715257_3939080919441990562_n

Déclaration de Russie-Libertés suite à la tragédie qui a frappé la France le 13 novembre 2015.

Déclaration de Russie-Libertés suite à la tragédie qui a frappé la France le 13 novembre 2015.

Suite aux actes terribles d’une violence inouïe qu’a subi la France vendredi dernier, nous ne pouvons rester silencieux.

Tous, Français, Russes et Franco-Russes, militants de Russie-Libertés, nous avons été profondément choqués par ces évènements. Nous souhaitons témoigner notre solidarité avec les victimes et leurs proches, et nous voulons leur exprimer nos sincères condoléances. N’importe qui, et même nous ou vous, aurait pu être à leur place.

Nous n’oublions pas non plus les victimes des attentats qui frappent les pays et les peuples à travers le monde. Nous n’oublions pas ceux qui luttent, et qui continuent à lutter, pour leurs droits et ceux des autres malgré ces évènements qui visent à semer le chaos et mettent en péril des milliers de vies humaines.

Notre association a pour objectif d’apporter son soutien à toutes celles et ceux qui se battent pour les libertés fondamentales en Russie. Là-bas, comme ailleurs, le combat pour la liberté est notre combat à tous.

Pour votre liberté et pour la nôtre !

Pour l’équipe de Russie-Libertés :

  • Olga Kokorina,
  • Nicolai Koblyakov,
  • Alexis Prokopiev,
  • Olga Prokopieva,
  • Adrien Zakhartchouk,
  • Elena Colombo,
  • Michèle Poussard.