From À la Une

5f3e0bb91e00004d004743c7

Nous demandons le transfert d’Alexeï Navalny pour des soins dans un pays européen.

Alexeï Navalny est dans le coma. Depuis ce matin, l’avion avec tout le matériel médical nécessaire se trouve à l’aéroport d’Omsk. Mais l’épouse de Navalny n’est pas autorisée à transporter son mari de l’hôpital d’Omsk, où il est dans un état grave depuis le deuxième jour après qu’il est tombé très malade à bord d’un avion à destination de Moscou depuis Tomsk.

Tout porte à croire qu’Alexei Navalny a été victime d’un empoisonnement.
Nous remercions la France et l’Allemagne qui ont réagi immédiatement et proposé leur aide et expertise indépendante. Nous exigeons des autorités russes qu’elles répondent favorablement à cette proposition.

Hier, l’attaché de presse présidentiel Dmitri Peskov a promis d’aider à transporter Navalny pour un traitement médical à l’étranger. Même ce matin, il a été dit que des documents étaient en cours de préparation pour le transport de Navalny. Mais maintenant, les médecins refusent d’autoriser le transport. Nous ne pensons pas du tout qu’ils agissent de leur propre initiative et que cette décision a été prise à l’hôpital d’Omsk.

Ce matin, un représentant de la police des transports a déclaré avoir trouvé une certaine « substance », mais son nom et sa composition – «  le secret des investigations.« . Cela constitue une menace pour la vie non seulement de Navalny, mais aussi de ceux qui l’entourent; les gens autour de lui doivent porter des combinaisons de protection chimique.

 

Dans le même temps, devant les caméras, le médecin-chef adjoint a déclaré qu’il ne considérait pas l’incident comme un empoisonnement. Le médecin en chef, le membre de la partie du pouvoir “Russie unie” lui-même a déclaré que l’état grave de Navalny n’était pas un empoisonnement, mais « une violation de l’équilibre glucidique » et « un trouble métabolique dans l’avion ». Dans le même temps, les troubles métaboliques, comme une baisse de sucre, sont des conditions et non un diagnostic. Le diagnostic, contrairement aux déclarations des médecins, n’a même pas été rapporté aux proches de Navalny.

 

Navalny a toujours eu une excellente santé. Comme le disent les gens, «a eu une santé de fer». Il n’avait même jamais vraiment eu un rhume. Et après avoir été empoisonné dans un centre de détention spécial l’été dernier, Navalny s’est complètement rétabli. Tout cela est confirmé par les médecins traitants de Navalny, qui l’observent depuis 2013.

 

Ce qui se passe ne peut être considéré que comme une obstruction délibérée au traitement de Navalny et la dissimulation des traces du crime. Trouver une substance peut aider à déterminer l’antidote et à prescrire le bon traitement pour rétablir la santé.

 

Nous nous adressons à la Cour européenne des droits de l’homme pour demander des mesures provisoires urgentes conformément à l’article 39 du règlement.

 

Nous exigeons qu’il soit interdit aux autorités de la Fédération de Russie d’entraver la transportations de Navalny vers un établissement médical. Retarder le transport peut entraîner des dommages irréparables à la vie et à la santé.

 

 

WhatsApp Image 2020-07-01 at 18.14.16

Paris, 02.07.2020. Communiqué de presse. Vote sur la réforme constitutionnelle en Russie : appel à la France, l’UE et la communauté internationale à ne pas reconnaître les résultats.

Le vote sur les amendements de la réforme constitutionnelle en Russie vient de se terminer. Il s’agit sans doute de l’un de scrutins les plus importants pour les citoyens russes car il vise à déterminer la vie démocratique du pays pour les années à venir. Pourtant, le constat est sans appel : les citoyens russes ont été privés de leur droit de participer à un vote selon les standards démocratiques internationaux. 

 

Le mépris des autorités pour les procédures constitutionnelles nécessaires à adoption des modifications constitutionnelles est alarmant. Ce vote portant sur des modifications de fond à 14 articles de la Constitution a en effet été réalisé par une procédure d’exception à la loi russe, via une « votation » afin de contourner la loi référendaire fédérale de 1995 qui indique que les amendements d’une révision constitutionnelle doivent être votés individuellement par les électeurs. Comme les changements proposés concernent les deux premiers chapitres de la constitution, les « fondements du système constitutionnel » et les « droits et libertés de l’homme et du citoyen », l’article 135 de la Constitution exige qu’une nouvelle Constitution soit adoptée par une Assemblée Constitutionnelle, suivie d’un référendum. Ni la loi régissant la formation de l’Assemblée Constitutionnelle, ni l’organe lui-même, n’était pas mis en place. Plutôt que de se conformer à ces procédures, les autorités ont organisé un vote constitutionnel national afin de donner un air de légitimité aux modifications proposées.

 

D’après plusieurs ONG indépendantes, dont le mouvement « Golos », cette « votation » n’est pas conforme à la loi russe et aux standards internationaux. Notamment, l’exigence de campagne équitable et contradictoire, l’accès des observateurs, la transparence de la procédure du vote ainsi que d’autres critères garantissant un scrutin démocratique ne sont pas pleinement respectés. 

 

De nombreuses violations du code électoral ont été signalées : fraudes, votes multiples, obligation pour certains salariés d’aller voter contre leur plein gré, campagne inéquitable, non respect des procédures dans les bureaux de vote.

 

Tous ces éléments conduisent aujourd’hui à considérer que les résultats de ce scrutin ne sont ni fiable, ni légitimes, et ne reflètent pas pleinement la volonté des citoyens russes. Face à ce constat et à ce qu’on pourrait qualifier de « simulacre de démocratie », nous appelons la France, l’Union européenne et la communauté internationale à ne pas reconnaître les résultats de ce scrutin et ses conséquences en termes de modification de la Constitution russe.

 

FIDH – Fédération internationale pour les droits humains

Association Russie-Libertés

 

Inauguration_of_Dmitry_Medvedev,_7_May_2008-15

Russie-Libertés dénonce ce véritable coup constitutionnel du Kremlin et soutient la mobilisation pour dire « Non » à ce détournement des droits et libertés des citoyens russes.

Le Parlement russe a voté, le 10 mars 2020, en faveur d’un amendement constitutionnel qui ouvre la voie à un cinquième mandat présidentiel pour Vladimir Poutine. Cette exception à la règle serait introduite dans la Constitution dans le cadre d’une réforme constitutionnelle plus large qui limitera encore plus les droits et libertés des citoyens russes.
La formulation retenue par la Douma de la Fédération de Russie pour permettre à Vladimir Poutine de se représenter de nouveau au poste de président en 2024 est contraire à l’esprit même de la Constitution russe qui limite strictement le nombre de mandats consécutifs à deux. Il s’agit clairement d’un coup de force et d’un coup constitutionnel dans l’objectif d’empêcher toute possibilité d’alternance démocratique en Russie.
De plus, d’autres amendements peuvent avoir une portée limitant la liberté d’expression des citoyens russes, comme notamment la « défense de la vérité historique » par l’État.
Ces changements doivent recevoir l’agrément de la Cour constitutionnelle et obtenir le soutien de la population lors d’un « vote populaire » organisé le 22 avril pour être intégrés à la Constitution. Le mouvement indépendant « Golos » a récemment rappelé que ce « vote populaire » ne respectera pas plusieurs garanties nécessaires selon la loi russe, notamment concernant l’utilisation des ressources administratives ou le déroulement du vote, ce qui ouvre la voie à des falsifications massives.
Russie-Libertés dénonce ce véritable coup constitutionnel du Kremlin.

Capture d’écran 2019-10-19 à 19.48.51

Repenser le projet Nord Stream 2

L’actualité nous rappelle tous les jours à quel point les enjeux environnementaux et démocratiques sont liés. A l’heure où l’Europe avance enfin dans la volonté d’évaluer l’ensemble des projets construits avec d’autres pays en prenant en compte ces enjeux, nous estimons, avec plusieurs organisations de différents pays, que le projet Nord Stream 2, avec la Russie et Gazprom, soulève des interrogations légitimes. Nous demandons de le repenser en tentant notamment compte de la compatibilité avec l’Accord de Paris sur le climat et des règles de transparence européennes.

Ce mardi 22 octobre, nous vous invitons à une conférence à Strasbourg pour échanger sur ce sujet :

Chambre 17

L’ONG Russie-Libertés œuvre pour la défense de la liberté d’expression.

Les éditions Les petits matins sont la cible d’une attaque en diffamation pour le livre de l’universitaire spécialiste de la Russie Cécile Vaissié, « Les Réseaux du Kremlin en France », paru en mars 2016. Le procès a lieu les 14 et 15 mars devant la 17e chambre du Tribunal de Paris.

Russie-Libertés apporte son soutien amical à l’éditeur de notre livre « Les autres visages de la Russie » et à Cécile Vaissié.

Chambre 17
Chambre 17
Capture d’écran 2018-11-21 à 01.09.54

Centre Panthéon, 12 place du Panthéon, amphithéâtre III, « Le Kremlin et la vague réactionnaire en Europe », le 15 décembre à La Sorbonne.

Russie-Libertés, en partenariat avec Ukraine Action et l’Association des Droits de l’Homme de la Sorbonne, vous convie à la conférence sur le thème « Le Kremlin et la vague réactionnaire en Europe », le 15 décembre à La Sorbonne, (Centre Panthéon, 12 place du Panthéon, amphithéâtre III). Pour plus de précisions, cet amphithéâtre se trouve dans l’aîle dite « Soufflot » du bâtiment.

Plusieurs pays européens connaissent aujourd’hui une nouvelle montée des mouvements nationalistes et eurosceptiques. Là où ces mouvements ont pu arriver au pouvoir, comme en Hongrie ou en Italie, il est souvent possible de noter une forte proximité avec le Kremlin et ses idées. Sans être la seule cause de cette « vague réactionnaire », le Kremlin est souvent présent, par des liens directs ou indirects, pour soutenir et alimenter cette vague.

A l’approche des élections européennes qui s’annoncent déjà cruciales pour l’avenir de l’Europe, il est donc intéressant de s’interroger sur les méthodes qui permettent à Vladimir Poutine de soutenir les forces réactionnaires. Il est également important d’analyser comment et pourquoi le Kremlin tente de déstabiliser les institutions démocratiques, propager la défiance, désinformer et promouvoir des formes de gouvernements autoritaires.

Russie-Libertés, Ukraine Action et l’Association des Droits de l’Homme de la Sorbonne vous invitent à échanger autour de ce thème d’actualité avec des experts, militants, journalistes, écrivains et responsables politiques européens.

PROGRAMME
Introduction : Mael Cheref (ADHS) et Alexis Prokopiev (Russie-Libertés).

TABLE RONDE 1 : LE KREMLIN ET SES ALLIÉS POLITIQUES EN EUROPE
Comment le régime de Poutine joue contre l’Union européenne via des liens directs ou indirects avec des forces politiques réactionnaires ?

Animation : Olga Nikolaeva (Russie-Libertés)
Intervenants :
Lyudmyla Kozlovska, présidente de Open Dialogue Foundation
Anya Stroganova, journaliste RFI
Anton Shekhovtsov, chercheur associé, Institute for Euro-Atlantic Cooperation

TABLE RONDE 2: L’INFLUENCE DU KREMLIN SUR L’ÉTAT DE DROIT EN EUROPE
Le Kremlin n’est sans doute pas le seul facteur des menaces qui pèsent sur l’État de Droit en Europe, toutefois, comment le régime de Poutine tente de déstabiliser les institutions démocratiques, propager la défiance, désinformer et promouvoir des formes de gouvernements autoritaires ?

Intervenants :
Anna Garmash, Ukraine-Action
André Gattolin, sénateur LaREM, Vice-Président de la commission des affaires européennes
Ioulia Berezovskaya, directrice générale du site grani.ru

MOT DE FIN : Comment l’Europe peut se réformer pour stopper la vague réactionnaire et agir contre cette influence ?

Autres intervenants à confirmer.

 

l’inscription est obligatoire

https://framaforms.org/conference-samedi-15-decembre-2018-11h-14h-1542838000

Affiche conf 912

(R)ÉVOLUTIONS ET DROITS HUMAINS EN RUSSIE : 1917 – 2017

RUSSIE-LIBERTÉS en partenariat avec l’ASSOCIATION DES DROITS DE L’HOMME DE LA SORBONNE, vous convie le samedi 9 décembre à une conférence sur le thème

« (R)ÉVOLUTIONS ET DROITS HUMAINS EN RUSSIE : 1917 – 2017 »,

de 11h à 18h, à l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne (17 Rue De La Sorbonne, Paris 5éme).

Des philosophes, journalistes, historiens et défenseurs des droits de l’Homme se pencheront sur la question passionnante de l’évolution des droits humains en Russie de 1917 à aujourd’hui, et sur les Révolutions – Évolutions qui ont perturbé le pays tout au long de ce siècle d’histoire.

Interviendront à cette occasion : David Satter, Cécile Vaissié, Dominique Bromberger, Sacha Koulaeva, Yulia Berezovskaya, Galia Ackerman, Grigoriy Shvedov et bien d’autres.

 

La conférence sera suivie d’un concert de la talentueuse chanteuse, musicienne et compositeur franco-russe : Veronika Bulycheva.

 

Le détail du programme et l’inscription se font par CE LIEN.

 

L’inscription est obligatoire.

 

image

Affaire de Bolotnaïa : triste anniversaire

Le 6 mai est une journée spéciale pour la société civile russe. Il y a quatre ans, jour pour jour, une grande manifestation civile a tourné au cauchemar. Le 6 mai 2012, alors que de simples citoyens et activistes russes s’apprêtaient à rejoindre la place Bolotnaïa à Moscou, pour exprimer leur déception suite aux élections présidentielles considérées comme étant falsifiées, la police a bloqué les accès au lieu de rassemblement et a réprimé avec violence toute tentative de participer à cette manifestation, pourtant autorisée.

Ce jour a marqué le point de non-retour dans la vie de nombreux Russes et a indiqué la direction de la politique intérieure pour les années à venir. Cette politique a plongé la Russie dans une situation de crise économique, politique et sociale. Le territoire de la liberté dans notre pays se réduit de jour en jour, telle une peau de chagrin.

La marche pacifique contre la fraude électorale massive a été suivie par des arrestations, des accusations à tort et des affaires pénales (34 condamnations en tout) montées de toute pièce. Des faux témoignages, de l’intimidation – tous les moyens sont bons pour faire comprendre à la population russe que toute critique et toute action civile seront passibles de peines d’emprisonnement. En décembre 2015 un nouveau verdict a été prononcé : Ivan Nepomniaschikh, présent sur la place Bolotnaïa il y a 4 ans, a été condamné à 2 ans de prison ferme sous des accusations présumées comme fausses par sa défense.

Des enquêtes suite à l’affaire Bolotnaïa sont toujours en cours. Toute personne qui était sur la place Bolotnaïa le 6 mai 2012 peut toujours être interpellée à tout moment. Les dernières fouilles ont eu lieu au début de l’année 2016 à Saint-Pétersbourg à l’encontre de plusieurs militants politiques, tôt le matin, à leur domicile.

Des condamnations pour des piquets de grève solitaires (affaire d’Ildar Dadine), pour le partage de publications sur les réseaux sociaux (affaire Ekaterina Vologjeninova et Andrei Boubeev), mais aussi, des poursuites à l’encontre de personnes  accusées d’ »espionnage » (28 personnes condamnées en 2015) et finalement, le durcissement de la loi dites « des agents de l’étranger » et son extension aux associations et fondations à but non lucratif : un triste bilan de la transformation de la Russie en un État autoritaire où les droits et les libertés sont bafoués.

L’actualité, c’est aussi l’ambiance générale de l’intolérance et de la haine instaurée grâce à la propagande bien maîtrisée par la télévision et les médias pro-gouvernementaux. Ce « climat de haine » a déjà fait plusieurs victimes.

Ce n’est pas étonnant que les manifestations sont de moins en moins nombreuses, alors que les agressions de personnes faisant partie de l’opposition ou étant critiques envers les autorités (comme l’écrivaine Ludmila Oulitskaya ou l’homme politique Milhail Kassianov) se multiplient.

Mais ce n’est pas cette triste image de la société russe que nous voulons retenir aujourd’hui. Ce sont les visages des prisonniers de Bolotnaïa éclairés par l’espoir de voir un jour leur pays libre. Les visages des enfants écrivant leurs mémoires sur l’histoire russe en quête de la vérité. Les jeunes personnes conscientes et ouvertes vers le monde, ce sont elles qui sans doute feront l’avenir de ce beau pays. Il est primordial pour nous aujourd’hui de refaire la lumière sur l’affaire Bolotnaïa, la première affaire de la nouvelle ère Poutinienne qui a ouvert le bal des représailles et de l’étouffement de toute opinion différente en Russie. C’est pour le respect de cette liberté que nous luttons tous.

Pour en savoir plus :

http://6may.org/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Bolotna%C3%AFa

couv_livre_nemtsov

Livre « Le rapport Nemtsov, Poutine et la guerre ».

Russie-Libertés est partenaire du livre « Le rapport Nemtsov, Poutine et la guerre ».
Sortie prévue le 24 février 2016 aux éditions Actes Sud.

« Boris Nemtsov, dirigeant du parti Parnas,  l’un des principaux opposants russes, préparait un rapport sur « Poutine et la guerre » dans lequel il entendait montrer comment le maître du Kremlin avait préparé  la guerre contre l’Ukraine.
Au début de cette année, Boris Nemtsov avait commencé à rassembler des informations dans ce but, convaincu qu’en Russie, à part Vladimir Poutine et son entourage, personne n’avait besoin de cette guerre.
Boris Nemtsov n’a pas eu le temps d’achever ce réquisitoire. Il a été abattu par des tueurs, le 27 février 2015, sous les murs du Kremlin.
Ce rapport est donc basé sur les informations qu’il avait réunies et sélectionnées. Ses notes manuscrites, les documents rassemblés par lui, ont tous  été utilisés pour la rédaction finale de ce rapport qui restera comme une réponse prémonitoire à l’impudente propagande du pouvoir.
Mais on le sait bien depuis Anna Politkovskaya assassinée et tant d’autres — en Russie,  le courage politique se paie au prix fort. »

Plus d’informations ici : http://www.actes-sud.fr/catalogue/sciences-politiques-et-geopolitique/le-rapport-nemtsov

14nov-bannerfb-new4

FORUM-CONCERT « POUR VOTRE LIBERTÉ ET POUR LA NÔTRE » Édition 2015 – ФОРУМ-КОНЦЕРТ « ЗА ВАШУ И НАШУ СВОБОДУ » 2015

Suite aux évènements tragiques survenus hier à Paris nous sommes dans l’obligation de reporter le forum-concert de ce soir à une date ultérieure que nous vous communiquerons. Toutes nos pensées vont aux victimes et à leurs proches.
В связи с произошедшей вчера в Париже трагедией мы переносим сегодняшний форум-концерт. Дату сообщим вам позже.
Скорбим по жертвам и мыслями с близкими погибших и раненых.

—————–

FORUM-CONCERT « POUR VOTRE LIBERTÉ ET POUR LA NÔTRE » Édition 2015.

ФОРУМ-КОНЦЕРТ « ЗА ВАШУ И НАШУ СВОБОДУ » 2015 (на русском языке ниже).

Samedi 14 novembre 2015, de 18h30 à 22h30 au Centre Cerise, 46 Rue Montorgueil, 75002 Paris, France.

« Société civile en Russie – tous des « agents de l’étranger » ? »

Trois ans après l’entrée en vigueur de la loi obligeant les ONG à s’enregistrer sous l’appellation dégradante d’ »agents de l’étranger », où en est aujourd’hui la société civile en Russie ? Quelles sont les conséquences pour les associations, les militants, mais aussi pour la population russe ? Comment les défenseurs des droits humains résistent-ils en Russie, face à un État qui tente de les étouffer ?

Des militants russes confrontés aux pressions des autorités tenteront de répondre à ces questions. Avec, notamment :

– Nadejda Koutepova, fondatrice de Planète de l’espoir (ONG d’aide aux victimes de radiations nucléaires),

– Oleg Khabibrakhmanov, membre du Conseil du Comité pour la prévention de la torture,

Iuliia Berezovskaia, directrice du site d’information grani.ru.

La conférence sera suivie par un concert de :

– Maxime Zecchini et Isabelle Durin – deux jeunes musiciens classiques, virtuoses de la scène française.

– Vesna – duo franco-russe de Veronika Bulycheva, chanteuse et guitariste et de Stéphanie Acquette, chanteuse et bassiste.

Programme :

18H30 Accueil apéro.
19H présentation des associations et du thème.
19H30 Conférence/Débat.
21h30 Concert.

Évènement organisé par Amnesty International France (AIF), Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), FIDH (Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme), LDH (Ligue des Droits de l’Homme), Inter-LGBT et l’association Russie-Libertés.

Inscription gratuite et obligatoire en cliquant sur ce lien : https://www.tickasso.com/e/forumconcertpourvotrelibertetpourlantredition201519

————————————————————————————–

ФОРУМ-КОНЦЕРТ « ЗА ВАШУ И НАШУ СВОБОДУ » 2015

Суббота, 14 ноября 2015г., с 18:30 до 22:30 в центре Cerise, 46 rue Montorgueil, 75002, Париж, Франция.

« Гражданское общество России или « иностранный агент » ? »

Три года назад вступил в действие закон, обязующий некоммерческие организации- НКО регистрироваться под унизительным наименованием « иностранный агент ». Как это повлияло на гражданское общество России? К каким последствиям для ассоциаций, активистов, а также российских граждан привел этот закон? Как правозащитники сопротивляются давлению со стороны российского государства?

Российские активисты, которые напрямую столкнулись с этим давлением власти, постараются ответить на эти вопросы :

– Надежда Кутепова, основательница « Планеты надежд » (НКО по защите пострадавших от ядерного излучения),

– Олег Хабибрахманов, член Комитета по предотвращению пыток,

– Юлия Березовская, главный редактор интернет сайта grani.ru.

Конференция завершится концертом :

– Максим Зеккини и Изабель Дурин – молодые классические музыканты, виртуозы французской сцены;

– Весна – франко-русский дуэт Вероники Булычевой (певица и гитаристка) и Стефани Акетт (певица и бас-гитаристка).

Мероприятие организовано Amnesty International France (AIF), Христианское движение за отмену пыток (ACAT), Международная федерация лиг по правам человека (FIDH), Лига по правам человека (LDH), Inter-LGBT и ассоциация Russie-Libertés.

Запись бесплатная и обязательная по данной ссылке: https://www.tickasso.com/e/forumconcertpourvotrelibertetpourlantredition201519