Association Russie-Libertés : les réponses à vos questions.

Qui sommes-nous ?

Nous sommes des citoyens engagés venant de pays et d’horizons divers (Russes, Français, autres…) et nous nous battons pour la construction d’un véritable État de Droit en Russie et la défense des droits et libertés des citoyens russes. Nous sommes indépendants : notre association ne représente aucun parti politique, nos actions sont toujours pacifiques et non-partisanes politiquement.

Comment Russie-Libertés a-t-elle été créée ?

La plupart d’entre nous se trouvait en France pendant les élections législatives russes de décembre 2011.

Choqués par le déroulement des élections (soupçons de fraude, répression des manifestants, arrestations arbitraires) nous avons exigé des élections justes, libres et démocratiques en manifestant plusieurs fois à Paris en soutien aux citoyens russes qui s’étaient mobilisés en Russie dans la rue et sur les réseaux sociaux. Ainsi, un groupe de bénévoles s’est créé pour échanger et suivre le déroulement des événements en Russie, partager des informations en Russe et en Français, préparer les événements et actions. Au printemps 2012 nous avons créé une association de loi 1901.

Pour adhérer à l’association il suffit de remplir le formulaire sur le site ou de le télécharger et nous l’envoyer à l’adresse suivante : Association Russie-Libertés, Maison des associations du 2ème arrondissement, 23 rue Greneta 75002 Paris.

Quels sont nos principaux combats ?

Nous nous engageons principalement :

POUR :

– le développement de la société civile en Russie ;

– la création d’un État de Droit et d’une justice indépendante ;

– l’assurance de la liberté d’expression et de la liberté religieuse ;

– le renforcement des liens diplomatiques et économiques transparents et respectueux entre l’Union européenne, la Russie et les pays voisins ;

– le développement d’une Russie pacifique et démocratique, basée sur les principes du respect des droits et libertés des citoyens et du droit international ;

– la cessation immédiate des violations de droits humains et des restrictions des libertés fondamentales en Russie ;

– la libération des prisonniers politiques en Russie ;

– l’aide aux réfugiés politiques dont la vie devient insupportable en Russie.

CONTRE :

– les falsifications des élections et les atteintes aux droits et libertés des citoyens russes ;

– toute forme de discrimination : racisme, antisémitisme, homophobie, xénophobie… ;

– la corruption ;

– les affaires fabriquées pour des raisons politiques ;

– la propagande nationaliste et militariste relayée par les médias pro-régime.

Que faisons-nous ?

Nos activités sont regroupées autour de cinq axes :

1. Sensibiliser l’opinion publique française et européenne en publiant et relayant des informations relatives à la situation en Russie (livres, communiqués, rapports, site web, réseaux sociaux, tribunes, interviews …) ;

2. Alerter et mobiliser les autorités françaises et européennes sur les violations des droits humains en Russie ;

3. Organiser des événements publics (forums de discussions, manifestations, conférences, etc.), seuls ou avec des partenaires ;

4. Analyser la situation en Russie et proposer des pistes pour améliorer cette situation ;

5. Aider la société civile russe et les réfugiés politiques en provenance de Russie.

A qui nous adressons-nous ?

Nous nous adressons tout d’abord à la société civile française et aux citoyens russes résidant en France. Nous nous adressons aussi aux institutions françaises et européennes, aux medias, et aux ONGs.

D’où viennent les fonds de l’association ?

L’association a pour ressources quasi-exclusives les cotisations et les dons de ses membres et sympathisants, ainsi que le « crowd-funding » (collecte de dons sur Internet).

Ces ressources sont limitées (ex : en 2014 le budget annuel de l’association était d’environ 4000 euros). Russie-Libertés peut demander des subventions, mais en s’assurant que celles-ci ne mettent pas en cause l’indépendance de l’association.

Comment établissons-nous nos priorités/choisissons nous les projets ?

Chaque action ou projet est validé à la majorité simple du conseil d’administration (CA) élu lors de l’Assemblée Générale chaque année.

Depuis 2012, nous organisons deux événements annuels : l’Assemblée Générale de l’association (AG), généralement au printemps et le forum des droits humains en automne.

Au quotidien, l’essentiel de nos actions vise à réagir le plus rapidement possible à l’actualité en Russie afin de la faire connaître au public en France. Nous portons une attention particulière à donner un écho aux mobilisations de la société civile russe.

Russie-Libertés n’existe que par la volonté, la disponibilité, et l’enthousiasme de ses membres et sympathisants : le conseil d’administration encourage et étudie toutes les propositions qui lui sont soumises et accorde aide et conseil à tous les porteurs d’un projet, s’il correspond aux objectifs de l’association.

Chaque proposition ou projet est visible sur notre forum de discussion interne dédié à l’échange des idées entre les membres. Pour toute action soutenue par le Conseil d’administration nous engageons les moyens de sa réalisation.

Quel est notre regard sur l’opposition en Russie ?

Nous ne sommes pas une organisation politique et notre association ne représente aucun parti politique, nous n’avons donc pas vocation à représenter l’opposition russe. Notre combat se focalise sur les violations de droits humains et les restrictions des libertés fondamentales en Russie. Nous sommes contre toute forme de discrimination. Nous dénonçons la justice corrompue et dépendante de l’État, notamment les procès politiques qui ont pour but d’intimider et de museler la société civile russe.

L’association Russie-Libertés ne soutient donc aucun parti politique, toutefois chaque membre de l’association a, à titre personnel et en accord avec ses droits civiques, la possibilité d’adhérer à un parti politique et de militer pour ce parti. Il lui est toutefois interdit de le faire au nom de l’association Russie-Libertés.

Sommes-nous contre Poutine ?

Nous dénonçons catégoriquement les falsifications massives qui ont été observées pendant les élections législatives et présidentielles de 2011 et de 2012. Les députés et le président de la Fédération de Russie n’ont pas été élus selon les principes d’un Etat de Droit, principes que la Russie s’est pourtant engagée à respecter, tant dans sa Constitution que dans les conventions internationales qu’elle a signées et ratifiées.

Nous exprimons avec force notre refus d’un régime politique fondé sur la fraude et la violation des droits fondamentaux. Toutefois, nous ne nous prononçons jamais pour un renversement violent du régime actuel et ne soutenons aucune organisation qui prône la violence ou la haine en tant que mode d’action.

A quoi servent nos actions ?

Nous sommes profondément touchés par ce qui se passe aujourd’hui en Russie et par l’impact de cette situation sur l’Europe et le monde. Et c’est d’abord au nom du respect de nos propres convictions éthiques et personnelles que nous nous devons d’agir.

Nous souhaitons participer activement à la construction d’un véritable État de Droit en Russie.

Les moyens que nous employons ont pour but de soutenir la société civile russe, de faire entendre sa voix au-delà des frontières et à travers le brouillard de la propagande.

Est-ce que nous avons peur ?

Beaucoup de celles et de ceux qui s’engagent pour les droits et libertés en Russie sont aujourd’hui sous pression ou menacés, il est donc normal d’avoir peur.

Notre association est basée en France, les risques sont donc plus limités et nos droits sont respectés. Toutefois, nous n’oublions pas que ces risques existent et qu’ils sont réels pour nous et nos proches, notamment ceux qui sont restés en Russie.

Est-ce que vos proches en Russie peuvent avoir des problèmes à cause de vos activités en France ?

Toutes nos actions sont légales, toutes nos revendications sont démocratiques, tous nos actes sont pacifiques. Nos proches en Russie ne devraient donc jamais avoir de problèmes à cause de ces activités.

(texte adopté lors de l’AG de Russie-Libertés le 6 juin 2015)