Inauguration_of_Dmitry_Medvedev,_7_May_2008-15

Russie-Libertés dénonce ce véritable coup constitutionnel du Kremlin et soutient la mobilisation pour dire « Non » à ce détournement des droits et libertés des citoyens russes.

Le Parlement russe a voté, le 10 mars 2020, en faveur d’un amendement constitutionnel qui ouvre la voie à un cinquième mandat présidentiel pour Vladimir Poutine. Cette exception à la règle serait introduite dans la Constitution dans le cadre d’une réforme constitutionnelle plus large qui limitera encore plus les droits et libertés des citoyens russes.
La formulation retenue par la Douma de la Fédération de Russie pour permettre à Vladimir Poutine de se représenter de nouveau au poste de président en 2024 est contraire à l’esprit même de la Constitution russe qui limite strictement le nombre de mandats consécutifs à deux. Il s’agit clairement d’un coup de force et d’un coup constitutionnel dans l’objectif d’empêcher toute possibilité d’alternance démocratique en Russie.
De plus, d’autres amendements peuvent avoir une portée limitant la liberté d’expression des citoyens russes, comme notamment la « défense de la vérité historique » par l’État.
Ces changements doivent recevoir l’agrément de la Cour constitutionnelle et obtenir le soutien de la population lors d’un « vote populaire » organisé le 22 avril pour être intégrés à la Constitution. Le mouvement indépendant « Golos » a récemment rappelé que ce « vote populaire » ne respectera pas plusieurs garanties nécessaires selon la loi russe, notamment concernant l’utilisation des ressources administratives ou le déroulement du vote, ce qui ouvre la voie à des falsifications massives.
Russie-Libertés dénonce ce véritable coup constitutionnel du Kremlin.