IMG_20190803_115821 (1)

Nous avons manifesté le 3 août à 11:00 devant l’ambassade de Russie à Paris.

Le samedi dernier, l’ambassade russe à Paris était de nouveau visitée par les manifestants (après la venue le vendredi 2 août des jeunes français qui critiquaient les pouvoir russe pour leur non-action contre les incendies hors normes qui ravagent la Sibérie et cause la fonte de permafrost, et qui se sont installés devant l’entrée de l’ambassade russe : https://twitter.com/dw_russian/status/1157359919961649153 ).
Cette fois-ci, ce sont des membres de l’association Russie-Libertés, du mouvement Amnesty International ainsi que les étudiants russes et d’autres personnes qui se sont rassemblés devant l’ambassade en signe de solidarité avec les habitants de Moscou et Saint-Pétersbourg où les élections municipales auront lieu prochainement.
Les manifestants portaient des pancartes demandant la libération des moscovites qui ont été interpellés la veille de la grande manif en fin juillet à Moscou, après le rejet de candidats indépendants par la commission électorale. Lors de cette manifestation pacifique le 27 juillet, plus de 1000 personnes ont été arrêtées à Moscou : https://ovdinfo.org/articles/2019/08/02/akciya-27-iyulya-kak-vlast-narushala-prava-protestuyushchih
Le samedi dernier, à Moscou, la police de nouveau a procédé à la violation de ce droit qui est la liberté de rassemblement et de manifestation, les cas d’abus du pouvoir ont eu lieu et plus de 800 personnes ont été arrêtées.
A Paris, donc, les manifestants disaient qu’en comparant les cas similaires, à Paris contrairement à Moscou, les actions de la police devant l’ambassade étaient l’exemple du fonctionnement correct de la force d’ordre. « On veut comme à Paris » – telle phrase sur un pancarte résume bien cette différence entre les rassemblements à Paris et à Moscou.