Yury Kadobnov

Présidentielle en Russie : Russie-Libertés dénonce les nombreuses infractions et pressions sur les électeurs.

Vladimir Poutine vient d’être réélu pour son 4ème et, selon la Constitution russe, ultime mandat. L’élection présidentielle, qui s’est déroulée hier en Russie, a été, malheureusement, de nouveau entachée par de nombreuses irrégularités, infractions, manipulations et pressions sur les électeurs, que ce soit pendant la campagne électorale qu’au moment du vote. Ces faits mettent en doute les résultats présentés par la Commission électorale centrale.

En effet, selon le mouvement indépendant Golos, plus de 2900 cas d’infractions, plus ou moins majeures, ont été enregistrés. Plusieurs irrégularités visaient clairement à modifier le résultat du scrutin et notamment à augmenter la participation. Par ailleurs, plusieurs cas de pressions sur les électeurs ont été enregistrés. Dans certaines régions, la participation à cette élection a été imposée aux salariés par leurs supérieurs, ce qui est strictement contraire à la loi russe. Dans certains bureaux de vote, les droits des observateurs et des journalistes ont également été négligés. Des observateurs se sont vus refuser l’accès aux bureaux de vote notamment dans certaines parties de la région du Caucase. Dans ces mêmes bureaux de vote, la participation déclarée a été de plus de 90%. Des bourrages d’urnes ont également été reportés par les observateurs et les caméras installées dans les bureaux de vote.

Il est aussi important de rappeler que plusieurs candidats d’opposition, dont Alexei Navalny, se sont vus refuser leur droit de participer à ce scrutin pour des motifs douteux. Cela remet clairement en cause le principe de concurrence démocratique.

 

L’association Russie-Libertés appelle à une investigation approfondie pour que les auteurs de ces infractions graves et contraires à la loi russe soient sanctionnés. Il est également indispensable de garantir le droit des citoyens russes à des élections démocratiques, justes, transparentes et qui respectent les droits de l’opposition et de la société civile.