www.kasparov.ru

Dimanche 28 janvier 2018, en Russie, s’est tenue la « Manifestation des Électeurs ».

Suite à la décision de la commission électorale russe d’interdire à Alexei Navalny de se porter candidat aux élections présidentielles du 18 mars, il a lancé un appel à boycotter les élections et à manifester ce dimanche 28 janvier pour exiger des élections libres.

 

Même si le boycott n’est pas la meilleure solution pour faire avancer les choses, nous soutenons la volonté du peuple russe d’exiger des élections justes, un pluralisme politique et le respect de leurs Droits.

 

Ainsi, des milliers de manifestants sont sortis dans la rue, de Moscou à Yakutsk, par -45° degrés parfois : Ekaterinbourg 2000 personnes, Perm 1000 personnes, Samara (par -20°) 1000 personnes…

Les citoyens se sont mobilisés pour exiger des élections libres avec des slogans tels que « Le comité électorale nous prépare un cirque », « Viens débattre, envois pas la police »…

 

Les arrestations et intimidations ont commencé plusieurs jours avant la manifestation : près de 25 responsables des différents QGs du camp de Navalny ont été arrêtés ou interrogés par la police, les affiches et dépliants ont été confisqués. Il a même été reporté que des jeunes qui ont liké la page de l’événement sur Facebook ont été interrogés par la police directement à leur domicile. Navalny a été arrêté et amené au poste dès le début de la manifestation. Les portes de son QG de Moscou ont été sciées sous prétexte d’une alerte à la bombe. Les autorités voulaient à tout prix empêcher la retransmission des manifestations sur la chaîne Navalny Live.   

Au total, près de 250 personnes ont été arrêtées dans toute la Russie dont de nombreux journalistes.

 

A l’approche des élections la pression monte sur les personnes critiquant ouvertement le pouvoir, sur l’opposition politique et sur de simples citoyens militants indépendants.

L’année 2017 a été selon le dernier rapport de Human Wrights Watch la pire des trois mandats de Poutine en termes de Libertés. Les libertés de tout genre se dégradent : des libertés de rassemblements aux libertés des minorités… Le nombre de peines administratives pour rassemblements illégaux a doublé en 2017. Y compris parmi des lycéens et étudiants. Les recteurs d’universités répriment directement leurs étudiants s’ils participent à des manifestations.

Des personnalités qui défendent les Droits de l’Homme sont emprisonnées et accusées de faits fabriqués de toutes pièces, comme c’est le cas d’Oyub Titiev, responsable du Centre pour les Droits Humains Memorial en Tchétchénie et arrêté depuis plusieurs semaines sous-prétexte de détention de drogue.

 

Nous exigeons donc la libération immédiate de tous les défenseurs des Droits de l’Homme, manifestants pacifiques et journalistes arrêtés et détenus illégalement.

 

Pour aller plus loin, nous vous invitons à regarder nos interviews sur France 24 par ces liens :

 

https://www.youtube.com/watch?v=heleiRu8PZ0&feature=youtu.be&list=PLCnUnV3yCIYuuHRjVDwiBaRDeSbEbGyZU

 

https://www.youtube.com/watch?list=PLCUKIeZnrIUkh8TuvqH-uEdE5JHZWtk7x&time_continue=72&v=5HMwKzc4m5Y