Loi sur les organisations indésirables : une nouvelle porte se ferme sur la liberté d’expression en Russie

Loi sur les organisations indésirables : une nouvelle porte se ferme sur la liberté d’expression en Russie.

La loi sur les agents étrangers visait à faire taire et discréditer les organisations de la société civile russes. Celle sur les organisations indésirables, votée le 20 janvier en première lecture à la Douma, vise à faire de même pour les organisations internationales.

Cette loi permet d’interdire en Russie les organisations étrangères qui « portent atteinte à la sûreté de l’État », ou menacent « l’ordre public et la santé ».

En toute probabilité, les termes vagues de loi permettront d’inclure toute association, organisation intergouvernementale, voire société commerciale, qui aurait le malheur de déplaire au pouvoir en place. C’est le procureur général de la Fédération de Russie, sur recommandation des ministères de l’intérieur et des affaires étrangères, qui en dressera la liste.

Il n’est pas exclu que cette loi serve, selon son bon vouloir, à empêcher la présence de médias étrangers, d’ONG de droits humains, voire de représentants d’organisation intergouvernementales.

Après les lois sur les rassemblements, sur les agents étrangers, sur le blasphème, sur la « propagande homosexuelle », sur l’extrémisme… une nouvelle porte se fermera alors sur une société civile russe déjà prise dans l’étau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *