19 janvier : 4 ans après l’assassinat de Stas et Nastia. Contre la xénophobie en Russie. Pour le journalisme indépendant

Le 19 janvier, 4 ans après le double assassinat de l’avocat Stanislav Markelov et de la journaliste Anastasia Babourova, l’association Russie-Libertés et le Comité du 19 janvier ont fait un appel pour stopper la xénophobie en Russie. L’action d’autant plus importante que la xénophobie en Russie augmente chaque année.
Sur la place de Joachim-du-Bellay (« Fontaine des Innocents ») on a distribué presque 400 tracts pour informer les gens sur la situation alarmante en Russie.19 jan

Le poète Vitaly Amoursky était aussi avec nous sur la place. Son poème écrit en janvier 2009 pour pleurer la mort de Stas et Nastia reste toujours d’actualité 4 ans plus tard. L’auteur nous permet de publier ce poème (en Russe), qui apparaît dans son recueil de poèmes intitulé « L’automne de Skythe » (l’édition « Aleteïa », 2011).

"Etre un journaliste indépendant en Russie ?" - Tikhon Dzyadko et Elena Servettaz.Photo par François Christophe.
« Etre un journaliste indépendant en Russie ? » – Tikhon Dzyadko et Elena Servettaz.
Photo par François Christophe.

Deuxième partie de la journée était la rencontre avec un journaliste de la radio « Echo de Moscou » et de la chaîne télé « Dozhd », Tikhon Dzyadko autour du thème « Etre un journaliste indépendant en Russie ? » Voici le fragment de la vidéo de cette rencontre.

La situation avec les médias peut servir d’un reflet de la situation actuelle en Russie.

Tikhon a évoqué trois difficultés du journalisme indépendant en Russie :

  • la poursuite des coupables en justice : les coupables n’étaient pas retrouvés (et pas trop recherchés) dans les cas de beaucoup d’assassinats des activistes civiques.
  • l’auto-censure : dans beaucoup de médias ce sont les journalistes mêmes qui ont peur d’écrire sur un sujet.
  • l’engagement idéologique des médias, l’idéologisation : il est très difficile de présenter les sujets de façon objective. Les journalistes sont obligés de prendre tel ou tel part – les médias deviennent les outils dans une sorte de guerre civile froide. Il existe une alliance entre le pouvoir exécutif  et la télévision qui propage des films avec les « investigations » sur la base des informations fournies par des services responsables et ensuite, l’enquête criminelle est lancée sur la base ..des films.

Stanislav et Anastasia combattaient pour les droits de l’homme et les libertés fondamentales. Ils ont payé pour leurs convictions et notre liberté de leur vie. 19 janvier Russie-Libertés rend l’hommage à eux ainsi qu’aux dizaines d’autres personnes mortes pour la démocratie en Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *