Etape suivante dans la répression: interdiction de critiquer les juges ?

Le député du parti « Russie Unie » Ilia Kostounov a déclaré le 20 août que la Douma (chambre basse du parlement élue en décembre 2011 lors d’un scrutin truqué), allait bientôt se pencher sur un projet de loi interdisant de critiquer les juges.

C’est le procès des Pussy Riot qui lui aurait donné « cette idée intéressante ». En effet, «critiquer les juges partout en les accusant d’injustice et de manque de professionnalisme est devenu un passe temps populaire et collectif ». Ilia Kostounov souligne : « Vous avez le droit de critiquer un juge à condition d’être vous-même un professionnel connaissant toutes les lois et procédures. Mais prononcer à haute voix ce que tout le monde désire entendre, ce n’est pas correct».

Si l’on suit la logique répressive du parti poutiniste Russie Unie, l’étape suivante devrait aboutir à l’interdiction de toute critique “non professionnelle ” du gouvernement et du président. La moitié du chemin étant déjà effectuée avec la récente réintroduction de la pénalisation de la diffamation et la loi prévoyant des amendes de plusieurs milliers d’euros pour avoir appelé ou participé à des manifestations.

Russie-Libertés condamne fermement l’adoption de nouvelles lois répressives par une Assemblée illégitime qui bafoue allègrement l’esprit et la lettre de la Constitution et les engagements de la Russie en matière de respect des droits humains auprès du Conseil de l’Europe et de l’OSCE.

Russie-Libertés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *