Pussy Riot : “le procès infernal” JOUR 4 . (Citations en français)

Nadejda Tolokonnikova, Maria Alekhina et Ekaterina Samoussevitch en détention provisoire depuis presque 3 mois.

Vous pouvez retrouver les jours 1 et 2 du procès ici et le jour 3 ici.

Contexte du jour 4 :

Le quatrième jour du procès commence par la demande de Maria Alekhina de révoquer la juge Syrova. La raison de la révocation serait le préjudice qu’elle porte envers les accusées. La défense soutien la révocation.

L’accusation ne voit aucune raison pour la révocation de la juge et demande de la rejeter. 

Citations et échanges lors du 4ème jour du procès :

La juge : « Aérer la voiture de détenues et nourrir les accusées ne relève pas de mes compétences. »

L’avocat des accusées Féygin transmet à la juge la demande d’appel des témoins de la défense. La demande est rejetée.

Polozov, un des avocats des accusées : « Nous avons la liste de 35 témoins, ce sont des experts et des politiques connus. »

La juge s’en va pour revoir la demande de la révocation d’elle-même.

Tout le monde est évacué de la salle. Il y a une alerte à la bombe. Quelqu’un a téléphoné et a dit : «  Il y a une bombe au tribunal ! Liberté pour Pussy Riot ! » 

Deux heures après la fausse alerte tout le monde revient dans la salle. Pendant l’évacuation les 3 jeunes femmes sont restées dans la pièce des accusées du tribunal.

La témoin de l’accusation suivant, Joukova, est la femme de ménage de la Cathédrale de l’Épiphanie de Moscou. (La Cathédrale où le groupe Pussy Riot a répété son action).

Les premières questions de l’accusation sont, comme toujours : «  Êtes-vous croyant ? Respectez-vous des traditions de l’Eglise Orthodoxe Russe ? Respectez vous la carême ? »

La témoin Joukova : « Je n’ai pas été à la Cathédrale du Christ Sauveur, je n’ai pas vu la vidéo, je n’ai pas vu les jeunes femmes. »

Féygin, un des avocats des accusés : « On vous a questionné pendant l’enquête ? Quel rapport avez-vous avec ce qui s’est passé à la Cathédrale du Crist Sauveur ? »

La témoin Joukova : « Je ne vais pas vous répondre. »

Féygin: « Qui vous a demandé de venir au tribunal ? »

Joukova : « L’administration m’a demandé d’être présente au procès »

L’avocat : « Quelle administration ? »

Féygin : « Comment vos sentiments ont été blessés ? »

Joukova : « Parce qu’elles portaient des masques et elles ont branché des instruments. C’est interdît de porter des masques à l’église, je pense. »

Le témoin suivant est introuvable, c’est une femme qui a quitté le tribunal pendant le procès et refuse de témoigner. Mais on l’a aperçu en train de parler aux journalistes en sortant du tribunal.

Le témoin suivant, c’est le père de Ekaterina Samoutcevitch.

L’accusation : « À quelle âge votre fille a fait connaissance avec ces, soit-disant, partisans de l’art contemporain ? »

Le père de Ekaterina : « J’ai appris que ma fille a été arrêtée parce qu’elle a refusé de collaborer avec l’enquête. Le juge d’instruction m’a dit : votre fille fait partie du groupe et elle a refusé de collaborer. C’est suffisant pour l’arrêter ? »

L’accusation : « Vous trouver admissible de chanter et de danser dans une église ? »

Le père de Ekaterina : « La tradition de la bouffonnerie a toujours été importante pour la culture russe. »

L’accusation demande de rejeter le témoignage du père de Ekaterina, en disant qu’il contredit sa première déclaration.

Au même moment les gardiens ont reçus un message indiquant que les témoins sont « manipulés à l’aide d’Internet ». Les gardiens demandent les ordinateurs et les téléphones portables des journalistes. La connexion Internet fonctionne brusquement très mal. Les messages sont plus difficiles à envoyer.

La juge lit la déclaration du père de Ekaterina.

Sa réaction : « la conversation avec le juge d’instruction n’a jamais été officielle. »

La juge annonce une pose de 30 min.

Polozov  déclare sur son twitter : « La juge a rejeté notre demande d’écouter des témoins qui sont venus au tribunal. C’est la violation de l’article 120 et du paragraphe 4 de l’article 271 du code ».

Après la pause la juge lit le dossier de l’affaire.

Pour la première fois depuis le début du procès la juge fédérale a prononcé le titre de la prière punk : « Vierge Marie chasse Poutine » .

Les gens devant le tribunal dans la rue scandent : « Libérez Pussy Riot ! »

Polozov : « C’est la profanation. La juge ne lit que les titres des chapitres dans le dossier. »

Féygin : « Je vous demande de lire tout. »

La juge : « Je demande de noter dans le dossier, que l’avocat Féygin ne connait pas l’affaire. »

Tolokonnikova : « Je vous demande de lire tout, car je ne suis pas capable d’apprendre les 8 tomes de l’affaire par cœur. »

La juge : « Noter dans le dossier, que Tolokonnikova n’est pas préparée pour le procès. »

Polozov à la juge : « Ce procès est illégitime ! De quel droit vous ignorez le règlement du procès criminel ? »

Dans son twitter Polozov a écrit : « Syrova ne lit que les accusations, le tribunal n’a plus honte d’utiliser tous les moyens. Les masques sont tombés. Le pouvoir n’a plus besoin de donnés ne serai ce que la petite vision de la justice. L’affaire des Pussy Riot deviendra, le procès le plus honteux du pays, si ce n’est pas déjà le cas. On nous a rejeté la demande de faire appel à nos témoins. La juge a refusé d’entendre les témoins de la défense aujourd’hui. Est-ce que la juge va un jour les entendre ? C’est quoi les lois ici ? »

La juge lit des expertises des examens psychiatriques :

« Tolokonnikova est encline à un comportement manipulateur »

« Samoutcevitch est encline à un comportement d’opposition »

Volkova, une des avocats des accusées lit sa déclaration : « Le fait de la collaboration des clergés avec le KGB n’a jamais été une calomnieni une fabrication« .

Le procès dure désormais depuis dix heures.

Au même moment la communauté des avocats russes a publié une lettre ouverte de soutien aux Pussy Riot.

La juge brusquement ferme le procès pour aujourd’hui jusqu’au 3 août à 11 heures.

Sources Twitter :

Николай Полозов@Moscow_advokat

https://twitter.com/gruppa_voina

ТатьянаРоманова@TataRomanovaYa

Ульяна Малашенко

@U_Malashenko

 

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *