Mouvement « Pour la défense du Khoper » : Le projet d’exploitation de gisements de cuivre-nickel dans la région de Voronej pose problème

Suite à une demande du Mouvement « Pour la défense du Khoper » nous publions ici leur texte sur les dangers du projet d’exploitation de gisements de cuivre-nickel dans la région de Voronej.

Le projet d’exploitation de gisements de cuivre-nickel dans la région de Voronej pose problème

La décision du Gouvernement de la Fédération de Russie, signée par Vladimir Poutine le 26 décembre 2011, prévoit une exploitation dangereuse de gisements de cuivre et de nickel dans la région de Voronej.

Les  gisements de Iélanskoïé et Iolkinskoïe sont connus depuis le années 1960. En 1977 le gouvernement de l’URSS avait pris la décision de ne pas les exploiter. Cette décision était liée au profil agricole de la région, aux difficultés techniques liées à l’exploitation et à la proximité de réserves naturelles.

Aujourd’hui, on prévoit d’y construire plusieurs mines pour l’extraction du minerai, une usine d’enrichissement qui produirait du concentré de cuivre-nickel, un site de stockage des déchets de l’exploitation minière, une réserve d’eau, des sites de stockage de produit fini et un terminal de fret ferroviaire.

La production agricole dans la région de Voronej produit un chiffre d’affaires annuel de plus de 300 millions de dollars. Selon les estimations, le chiffre d’affaires du site industriel en question sera bien moindre, alors qu’il conduira à un impact négatif considérable sur la qualité de la production agricole dans la région. Plusieurs dizaines d’exploitations agricoles se trouvant à proximité du site seront affectées.

Sur fond d’une attendue crise alimentaire à l’échelle mondiale, une décision de lancer une exploitation minière au cœur d’une région agricole semble aujourd’hui peu raisonnable. Il est certain, que l’hydro-système de la région sera gravement endommagé, avec des conséquences sur tout le bassin de la mer d’Azov. A proximité de la région où l’extraction est prévue passe le Khoper – un important affluent du Don. Les concentrations de minerai se trouvent en dessous de la rivière Savala, un affluent du Khoper et sous 6 nappes phréatiques. En cas de fuite la salinisation des nappes supérieures et du sol est inévitable. L’utilisation de l’eau en provenance des nappes entraînera une baisse du débit du Khoper et une destruction partielle de la réserve naturelle du Khoper située dans le bassin de la rivière. Des prélèvements en eau importants sont à prévoir : le processus d’enrichissement d’une tonne de minerai concentré nécessite 50 tonnes d’eau.

La réserve naturelle de Khoper représente une richesse inestimable pour la région. Elle se trouve seulement à 15 km des gisements de minerai. De nombreuses espèces d’oiseaux y ont leur habitat : le pygargue à queue blanche (espèce en voie de disparition), le faucon pèlerin, l’aigle doré, ainsi que l’outarde et la canepetière. La réserve naturelle est mondialement connue car une espèce rare y a été préservée – le desman de Russie. Ces dernières années la population du desman s’est considérablement réduite dans la région, notamment en raison des activités des braconniers, ce qui augmente d’autant l’importance du rôle de la réserve de Khoper dans sa préservation. Aujourd’hui une équipe de chercheurs avec l’appui du WWF travaille sur un comptage de la population de cet animal dans le bassin du Khoper.

A proximité des gisements se trouve également la forêt de Telerman – une forêt relique occupant une surface de 40 000 ha, peuplée essentiellement de chênes, dont certains d’un âge allant de 200 à 500 ans. Cette forêt a une grande valeur, en raison notamment de la rareté de massifs naturels de forêts de chêne d’une telle superficie.

La législation russe requiert, avant d’approuver une construction de quelconque site industriel, de mener une étude environnementale ainsi qu’une concertation publique. Ces procédures importantes ont été reportées jusqu’à l’étape d’étude du projet de construction de l’usine d’enrichissement. Cependant aucune étude portant sur la justification d’une telle construction n’a été menée.

Le concours pour l’exploitation du gisement a eu lieu le 22 mai 2012 avec un grand nombre d’irrégularités. La principale en est sans doute l’absence dans le projet retenu d’installation pour la réduction des impacts sur l’environnement, alors que cette exigence était prévue par le concours. La direction de la société ayant remporté le concours – « Mednogorski medno-serny kombinat » ( « usine de cuivre et soufre de Mednogorsk ») admet lors des contacts avec la presse que le projet est financé et fait partie des priorités d’une société suisse, Glencore International AG, dont l’histoire est remplie de scandales depuis les années 1970 et qu’on associe aujourd’hui avec la figure d’un oligarque russe d’une réputation douteuse, Guénnadi Timchenko, un proche de Vladimir Poutine.

Les habitants des territoires dans un rayon d’environ 70 km autour du futur site sont très inquiets par le projet d’exploitation minière près de leur lieu de résidence. En trois mois plus de 30 000 signatures ont été collectées pour une pétition contre l’exploitation du gisement de cuivre-nickel. Des manifestations rassemblant plusieurs milliers de personnes ont eu lieu dans deux villes du canton de la région de Voronej – à Novokhopiorsk et Borisoglebsk, ainsi qu’à Ourioupinsk, ville située en aval du Khoper dans l’oblast de Volgograd. Les manifestations ont rassemblé de près de 10 000 personnes, soit jusqu’à la moitié des habitants de ces villes ! Environ 400 automoblistes, formant une colonne de 10 km de long se sont rendus de Ourioupinsk et Novokhopiorsk à la manifestation du 3 juin à Borisoglebsk. Les militants de la région, toutes affiliations politiques confondues, rejoints par les organisations de cosaques ont affirmé leur volonté ferme de lutter par tous les moyens contre tout projet d’extraction de métaux dans l’oblast de Voronej.

Ces évènements se passent sur un fond de silence de la part des autorités à tous les niveaux et de refus par l’assemblée de la région de Voronej de mettre en place un référendum sur la question. La situation est déjà suivie par la société civile, les politiques et les défenseurs des droits humains en Russie. Les écologistes confirment tous la dangerosité du projet, WWF et Greenpeace se disent très inquiets d’une décision de construire un site d’extraction à proximité de réserves naturelles et dans des zones à forte densité de population. La Chambre civile de Fédération Russie prévoit de mener une concertation publique à ce sujet dès l’été 2012. Plusieurs députés de la Douma ont adressé des courriers au Président et aux membres du gouvernement exigeant d’annuler cette décision prise unilatéralement. Les scientifiques et les défenseurs de droits humains se sont adressés publiquement au Président et au Gouverneur de l’oblast de Voronej réclamant l’annulation des résultats du concours et un véto sur l’exploitation dangereuse des ces gisements de métaux. Nous exigeons une vraie concertation publique et démocratique, prenant en compte tous les impacts du projet sur l’environnement, l’agriculture et la population de la région. En attendant nous demandons un moratoire sur l’exploration et la construction de l’usine.

Mouvement « Pour la défense du Khoper »

http://savekhoper.ru/

Contacts:

Coordinateur du Mouvement « Pour la défense du Khoper »

Konstantin Roubakhine

rubahin@gmail.com

+7 925 585 41 45

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *