Tribune Russie-Libertés: « Hello1937″ ou pourquoi les russes manifestent

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/570343-hello1937-ou-pourquoi-les-russes-manifestent.html

Tribune de Russie-Libertés par Maria Khachaturyan

Le mot-clic le plus fréquent sur le Twitter russe de ces derniers jours est #hello1937. Il fait référence à la plus importante vague d’arrestations sous Staline quand des centaines de milliers de personnes ont été torturées dans les sous-sols du NKVD (l’ancêtre du KGB et du FSB), fusillées ou envoyées au goulag. La nuit tombée, le pays vivait dans la terreur d’une visite des officiers de la Tchéka.

La comparaison est certes exagérée, mais il y a vraiment de quoi sonner le tocsin. Ainsi, le 11 juin des perquisitions musclées ont eu lieu chez une dizaine d’opposants, dont le chef du Front de Gauche Sergueï Oudaltsov, le leader du mouvement Solidarité Ilya Iashine, le fameux blogueur Alexeï Navalny chez qui les policiers ont passé 13 heures.

Selon la police, ces opérations concernent une enquête en cours sur la manifestation de l’opposition du 6 mai qui s’était terminée par « des désordres massifs ». En contradiction avec cette affirmation douteuse, des perquisitions ont également eu lieu chez les parents de Iashine et d’Oudaltsov, et chez les beau-parents de Navalny qui ont peu à voir avec le mouvement de protestation. Même la présentatrice vedette de télévision Xénia Sobtchak, qui n’était pourtant pas présente à la manifestation du 6 mai, n’a pas été épargnée. Elle s’est indignée sur Twitter: « À 8 heures des gens sont entrés, ils ne me laissaient pas m’habiller, ils ont cambriolé mon appartement, ils m’ont humiliée ».

A cela vient s’ajouter une nouvelle loi répressive, adoptée le 9 juin dans l’urgence par le parti poutiniste Russie unie, qui impose des amendes démesurés pour les participants et organisateurs de manifestations allant jusqu’à 7 500 euros et 25 000 euros respectivement. Les quelques députés d’opposition ont décidé de faire de la “résistance à l’italienne” en soumettant une liste de 411 amendements dont l’examen devait permettre de reporter au maximum l’adoption de cette loi. Les débats parlementaires se sont déroulés dans un climat kafkaïen avec un temps de prise de décision par amendement réduit d’abord à 30 puis à 15 secondes.

Ecoper d’une amende de 25 000 euros n’est pas le pire de ce qui peut arriver aux opposants du régime. Une dizaine de participants à la manifestation du 6 mai, dont Alexandra Doukhanina, jeune femme de 18 ans, encourent jusqu’à 8 ans de prison. Et les interpellations continuent, augmentant dramatiquement le nombre de prisonniers politiques.

Dans le même temps, des décisions sur les procès liés aux falsifications de masse lors des élections législatives et présidentielles ont été prononcées. Ainsi, Tatiana Ivanova, enseignante de la littérature russe à Saint-Pétersbourg et chef d’un bureau de vote aux législatives, a écopé le 2 juin d’une amende de 750 euros pour avoir dénoncé les fraudes. Natalia Nazarova, sa supérieure mise en cause, a porté plainte contre Tatiana Ivanova pour préjudice moral et atteinte à sa réputation.

Un autre précédent important : la plainte de Gueorgui Boudny, membre d’une commission électorale, qui a aussi dénoncé les fraudes massives et effrontées qui ont eu lieu dans son bureau de vote, n’a pas été satisfaite, le juge ayant estimé que les droits des électeurs n’ont pas violés, et que c’est aux candidats de porter plainte.

Des lois répressives, l’impunité totale et la violence de la police, l’arbitraire kafkaïen des juges vis-à-vis les membres de l’opposition deviennent d’autant plus évidents si on fait une comparaison du traitement des affaires politiques et des affaires criminelles. Un exemple qui en dit long : Sergueï Tsepovyaz, accusé d’avoir camouflé le meurtre de 12 personnes, écope-t-il d’une amende de 3 700 euros seulement.

Voilà donc quelques unes des très nombreuses raisons poussant les russes dans la rue. C’est le cas aujourd’hui, en ce jour de fête nationale (déclaration de souveraineté du 12 juin 1990), où près de 100 000 personnes ont participé à la Marche des millions rien qu’à Moscou.

Les russes de France se mobilisent aussi, et sont rejoints par de nombreux français sensibles au développement démocratique de la Russie. Une manifestation se tiendra aujourd’hui devant l’Ambassade de Russie à Paris à 18:30.

Nous ne voulons plus de 1937 !

About these ads
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 53 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :