Région de Voronej: les habitants disent « NIET » à un projet d’exploitation de nickel qui menace l’environnement

Près de 10 000 personnes ont défilé le 3 juin dans les rues de Borissoglebsk, dans la région de Voronej, pour protester contre un projet d’exploitation de gisements de nickel.

Les gisements se trouvent à environ 15 km du territoire naturel protégé de Khoper. Selon l’avis de nombreux spécialistes de la protection de l’environnement, russes et étrangers, l’exploitation des gisements conduira à la destruction de l’écosystème unique de ce territoire, ainsi qu’à l’augmentation des maladies respiratoires et des cancers chez la population locale.

Le massif cristallin de Voronej, l’un des plus riches de Russie en nickel, et parmi les plus importants en Europe, se trouve sous une épaisse couverture sédimentaire. Il est actuellement non-exploité. À l’époque soviétique, l’utilité de son exploitation avait été remise en cause en raison du danger pour l’environnement et la population locale.

Lors du processus d’exploitation les minéraux sont enrichis en antimoine, arsenic et autres produits chimiques qui peuvent polluer les eaux souterraines et superficielles. Si l’exploitation se fait sans respect pour l’environnement (notamment du sol, de l’eau et de la biodiversité), alors elle conduira à des dommages irréversibles pour l’environnement et la santé des habitants de la région.

Autre problème de taille: aucune concertation démocratique n’a été menée autour de ce projet, les habitants et les association n’ont jamais été consultés.

Les gens sont de plus en plus engagés dans le mouvement de protestation initié par l’organisation écologique Ecologia 21 et Savekhoper.ru il y a 5 mois. Si les premières manifestations ne comptaient que 15 personnes, la manifestation du 27 mai à Novokhopersk comptait déjà 3 000 personnes, un chiffre d’autant plus impressionnant qu’il s’agit d’une petite ville de 7 000 habitants.

La dernière et plus grande manifestation a rassemblé 10 000 personnes à Borissoglebsk le 4 juin. Les autorités russes bloquent la circulation de l’information. En guise de réponse, les habitants de la région veulent interpeller les autorités en espérant que le projet sera revu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *